Toxic
Toxic

Toxic

Traduction BARBARA LE HIN  - Langue d'origine : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

À propos

Un jeune homme dans son lit, un pansement sur la tempe. Doug se lève et suit son chat noir, Inky - pourtant mort depuis des années - et se laisse entraîner de l'autre côté du miroir. Que s'est-il passé ? Une soirée punk, un concert, William Burroughs, une jeune femme nommée Sarah, des polaroïds, un amant jaloux... À grand renfort d'ellipses, Charles Burns fait voler en éclats nos repères spatio-temporels, multiplie les allers-retours entre rêve et réalité, nous place un foulard sur les yeux, nous fait tourner sur nous-mêmes et nous laisse seuls dans un pays inconnu, juste après le déluge. Inspiré par des influences aussi diverses que Hergé ou Burroughs, Toxic est un rêve sombre et fascinant.

Rayons : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Bandes dessinées > Ados / Adultes

  • EAN

    9782360810048

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    64 Pages

  • Longueur

    29 cm

  • Largeur

    22 cm

  • Épaisseur

    1.1 cm

  • Poids

    508 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Charles Burns

  • Pays : Etats-unis

L'enfance de Charles Burns se déroule, dans les années 60, sous l'influence du magazine satirique Mad, des films de monstres de Roger Corman et des séries à suspense que commence alors à proposer la télévision. On retrouvera ces sources d'inspiration dans ses bandes dessinées, remaniées pour créer un style étrange et
immédiatement identifiable. Il découvre Robert Crumb au milieu des années 70 et se lie d'amitié avec Matt Groening pendant le lycée. C'est en 1981, au hasard d'une séance de zapping, qu'il découvre à la télé un catcheur mexicain dont il s'inspire aussitôt pour créer son héros le plus fameux, le patibulaire et sympathique
El Borbah. Ses premières histoires sont publiées dans Heovy Metal, mais le personnage intervient rapidement dans Row, la mythique revue d'avant-garde dirigée par Art Spiegelman et Françoise Mouly. Charles Burns partage alors son temps entre
illustration et bande dessinée, se faisant avec les livres Big Baby et Fleur de Peau (tous les deux chez Cornélius) le chroniqueur d'une Amérique plus proche des Enfers que du Purgatoire. À partir de 1994, il se consacre à Black Hole (Delcourt), feuilleton brutal et poisseux qui deviendra dix ans plus tard son chef-d'oeuvre et
lui apportera une reconnaissance internationale.

empty