Marabulles

  • L'enfance et l'éducation d'une jeune fille qui va devenir une des plus brillantes intellectuelles du 20ème siècle et une des féministes les plus engagées.
    Un récit qui s'attache à montrer le parcours d'une toute jeune femme dont la passion pour les lettres et la connaissance est née dès l'enfance, dans un milieu et à une époque où il n'était pas si facile d'être une femme libre.

  • Le Tour de France 1948 fera de la vie de la superstar italienne du cyclisme Gino Bartali une histoire fascinante. Tout commence par des débuts modestes dans un petit village près de Florence, jusqu'à son ascension vers la célébrité grâce à ses victoires au Tour d'Italie en 1936 et 1937, puis au Tour de France en 1938. Cela aurait pu être le récit d'une grande réussite, mais hélas son frère, qui était lui aussi un cycliste renommé, meurt dans un accident, amenant Gino à remettre en question sa carrière. Puis la montée du fascisme l'oblige à l'interrompre, mais également à faire des choix de vie cruciaux.
    Sans que même sa famille ne le sache, il rejoint la résistance, passe en fraude des documents de la police fasciste et de l'armée allemande, et cache une famille juive dans son grenier ; activités dont il ne parlera jamais, mais qui lui vaudront un hommage posthume à Yad Vashem.
    Pour finir, il gagne son second et dernier Tour de France, dix ans après sa première victoire. C'est avec cette prouesse, le plus grand écart de temps entre deux victoires de l'histoire du Tour de France, qu'il laisse son empreinte professionnelle.
    L'auteur Julian Vojol et l'illustratrice Lorena Canottiere font équipe pour retracer, en réunissant différentes sources, la vie incroyable de ce merveilleux et véritable héros italien.

  • Nina, reporter, s'est immergée dans les sales guerres d'Irak et de Tchétchénie.

    Falloujah, Irak, mars 2004 : soldats américains et milices d'Al-Qaïda s'affrontent sauvagement. Piégée dans une tempête de sable, la jeune journaliste ôte sa tenue occidentale et revêt l'abaya, longue tunique noire traditionnelle. Quasi invisibilisée, Nina se sent ainsi protégée et prête à tout pour observer la bataille.
    Grozny, capitale de la Tchétchénie, fin 1999 : grâce au jeune Mahmoud, Nina s'est coulée dans la sordide réalité de la guerre.
    Nice, France, 2014 : Abdel, habitant des quartiers nord, revient sur son désir passé d'aller faire le djihad.

  • Le Manifeste des 343 a marqué l'histoire du féminisme français, et notamment la lutte pour le droit des femmes à disposer de leur corps et la revendication du droit à l'avortement. A l'origine, c'était une pétition parue le 5 avril 1971 en une du Nouvel Observateur.
    Dans ce texte rédigé et soutenu par Simone de Beauvoir, 343 Françaises, connues ou inconnues, affirment « Je déclare avoir avorté », s'exposant à des poursuites pouvant aller jusqu'à l'emprisonnement car, en 1971, l'avortement est illégal en France. Cet appel à la dépénalisation et la légalisation de l'interruption volontaire de grossesse ouvre la voie à l'adoption, quatre ans après, de la loi Veil. Cet acte militant, qui part de la rédaction du Nouvel Observateur, porté par le MLF (Mouvement de Libération des Femmes), sera un vrai coup de tonnerre pour l'opinion publique.

    Dans ce livre, l'histoire est racontée du point de vue de celles et de ceux qui l'ont construite, notamment celui d'une journaliste engagée, Nicole Muchnik, qui a initié et suivi cette action.

    Aujourd'hui, il est important de transmettre cette mémoire, alors que l'interruption volontaire de grossesse est régulièrement menacée ou remise en question par des groupes, très actifs sur les réseaux sociaux, répandant une propagande anti-avortement culpabilisant les femmes qui y ont recours.

  • Je suis Sofia, résonne telle une affirmation. Le récit est raconté de l'intérieur au plus près des personnages. Céline la scénariste invite à vivre la transition de genre de l'aîné de la famille dans une famille catholique à Rome. En 1996, Céline est fille au pair à Rome et elle s'occupe alors de deux petits garçons italiens : Edoardo 5 ans et Amedeo 18 mois.

    21 ans plus tard, elle part les retrouver... les petits bambini ont bien dû grandir ! Céline n'est au courant de rien. Arrivée à l'aéroport, on lui présente Sofia. Mais qui est donc Sofia ? Et là, en un battement de cil, elle reconnait Edoardo sous les traits féminins de Sofia. Le choc. Sofia vient de faire son coming out transgenre. Céline partage un week-end avec toute la famille. Elle y retournera en 2019 après l'opération de Sofia en Thaïlande pour la transition Male to Female. C'est à ce moment que Sofia veut se confier et tout raconter sans détour au plus près de ses émotions et de son corps. Son frère Amedeo et ses parents l'accompagnent au mieux, chacun avec l'ouverture d'esprit qui lui est propre. C'est troublant de vérité. Sofia a attendu ses 26 ans pour oser parler de son désir de transition.

  • A l'heure de l a libération de l a parole, Ovidie choisit la forme épistol aire pour s'adresser aux hommes et revenir sur des situations anormales vécues par presque toutes les femmes. Que leur dirait-on aujourd'hui ? Oserions-nous évoquer des comportements douteux à un moment de la rel ation ? Quel est l'état des lieux de nos fantasmes ? Tout reste à reconstruire entre les sexes. De ce champ de ruines renaîtra peut-être une sexualité plus apaisée et plus joyeuse.

  • Des femmes de toutes origines ont créé une petite association de quartier pour se soutenir et s'épauler... Une secte organise des mariages clandestins... Un maire veut financer un spectacle grandiose... Une journaliste enquête sur des trafics de papiers d'identité. Roselyne, Elodie, Katia, Josiane, Saïda et Élise ne se savent pas encore qu'elles vont au devant de graves dangers !

    Tout va mal pour les femmes du quartier des Mimosas qui se sont réunies au sein de l'Association des femmes africaines... et du reste du monde ! Les ennuis s'amoncellent et exacerbent les tensions... Chacune fait bande à part. Leur projet d'organiser une projection en plein air pour soutenir financièrement une habitante du quartier semble tomber à l'eau bien que Roselyne, la présidente de l'association, s'y accroche. Pendant ce temps, Barbara, immigrée clandestine est toujours traquée par la pègre tandis qu'un piège se referme sur Laetitia, la jeune journaliste d'investigation du Grosmou. Ces deux destins vont trouver une origine commune : et si le trafic de papiers d'identité était réalisé à destination de mariages clandestins ? L'enfant d'Elodie s'intègre mal dans son nouveau collège tandis que Saïda est régulièrement humiliée par sa supérieure hiérarchique... Katia tente désespérément de rassembler sa famille. Les histoires familiales et personnelles de chacune vont s'entremêler avec les événements qui se trament. Pourquoi le maire de la commune souhaite empêcher leur projection à tout prix ? Qui est ce personnage qui manipule la pègre dans l'ombre ? Pourquoi les hommes du quartier se réunissent-ils la nuit ? Peu à peu, un jeu d'affaires et de trafic d'influence se dessine, un jeu dangereux qui les dépasse et qui remonterait jusqu'à la préfecture de la ville... Roselyne, Elodie, Katia, Josiane, Saïda et Elise n'ont plus que 30 jours pour s'organiser... et pour retrouver une solidarité !

  • Les comportements masculins qui invisibilisent les femmes sont enfin mis en lumière ! Étant donné la manière dont beaucoup occupent l'espace dans la société, des réunions professionnelles à la sphère domestique en passant par la place publique, il est temps d'éveiller les consciences.
    Cet album donne aux femmes des clés pour qu'elles (re)prennent la parole et investissent leur place légitime.
    Sous la forme de saynètes humoristiques, sont abordés les concepts de mansplaining, de manterrupting et de manspreading, résultant d'un patriarcat bien ancré dans la société. Il est temps pour les femmes d'imposer leur présence, d'exprimer leurs points de vue, et de faire valoir leurs compétences.
    Bref, de refuser les manifestations du sexisme ordinaire et de montrer à tou.te.s qui est la boss !

  • Mathilde 32 ans, est une parisienne célibataire, libre et heureuse jusqu'au jour où elle tombe amoureuse d'Eugène 45 ans, divorcé, deux enfants, vivant en banlieue... Mathilde vit à cent à l'heure, travaille dans une agence d'événementiel. Inutile de préciser que c'est le choc des cultures ! Portée par son sentiment amoureux pour Eugène, elle va devoir s'adapter aux deux ados Vincent et Chloé qui s'avèrent plus coriaces qu'il n'y paraissait. L'ex d'Eugène est aussi dans les parages et va jeter une ombre menaçante sur le couple naissant.
    Mathilde est tenace. Elle s'échine à plaire aux deux ados et à échafauder des stratégies de séduction qui échouent. Elle se plonge dans un livre sur la psychologie des familles recomposées, revient avec de nouvelles idées pour occuper les ados et se faire accepter. Mathilde va vivre un parcours de la combattante. Avec Vincent et Chloé, elle connaîtra les claquements de portes, la jalousie, la rivalité, l'ambivalence des sentiments. Pour le meilleur et pour le rire ! Elle se posera de vraies questions sur son attitude à elle dans sa relation aux enfants d'Eugène. Un album véritable guide de survie, à conseiller à toute marâtre qui se retrouve parachutée dans un couple avec des enfants qui ne sont pas les siens.

    Adaptation libre du roman éponyme de Caroline de Bodinat (5000 ex vendus) largement autobiographique.

  • Ce livre décrit de façon humoristique les aventures parentales, professionnelles et "modesques" de Margaux Motin : cette trentenaire doit mener de front sa vie de femme mariée à un fan de jeux vidéo qui ne comprend décidément rien à la mode, son rôle de jeune maman d'une petite fille adorable mais envahissante, et sa carrière d'illustratrice freelance décontractée mais désespérément solitaire. la chronique tendre et drôle d'une femme moderne...

    Création et lancement d'une collection de bande dessinée chez marabout.

  • Janis Joplin

    Nicolas Finet

    Love Me Please est un biopic consacré à Janis Joplin qui retrace, en respectant la chronologie, les moments forts de son parcours depuis l'enfance, au sortir de la seconde Guerre Mondiale, jusqu'à sa mort abrupte fin 1970.
    C'est l'une des plus fabuleuses aventures musicales qu'ait produites l'Amérique de la seconde moitié du vingtième siècle. Pourtant elle a duré à peine plus de cinq ans.
    Comment une très jeune femme complexée, toxicomane et pleine de doutes, est devenue en quelques années une icône planétaire de la musique rock ? De l'ombre à la lumière en quatre disques seulement (dont le dernier publié un mois et demi après sa mort tragique), à la faveur d'un mouvement d'émancipation lui aussi planétaire, qui allait consacrer pour longtemps les idéaux et les modes de vie alternatifs issu de la contre-culture et de la génération du flower power. Janis, le vilain petit canard a laissé libre cours à ses impulsions. Nourrie de la soif de liberté de la Beat Generation et de l'aspiration à l'émancipation qui s'exprime au sein de la jeunesse américaine du début des années 60, Janis Joplin part pour San Francisco, alors épicentre de l'innovation culturelle. Elle va y vivre une liberté dont elle aurait à peine osé rêver, s'abandonnant à tous les élans qui la traversent, dépassant sans hésiter tous les tabous de l'époque : bisexualité, alcool, drogues. Non seulement avec délices, mais avec le goût de l'excès auquel l'incite naturellement son caractère spontané et entier.

  • Une retraite « Tente Rouge » en forêt avec un groupe de 13 femmes qui symbolisent les 13 chemins de vie existants selon l'enseignement de Jamie Sams. 13 mères de clan, chacune associée à un cycle lunaire. 13 femmes s'interrogent et échangent. Lors de ce cercle, elles pratiquent des rituels, mantras et chants, autour de leur quête de reconnaissance, de leur mission de vie, de reconnexion à leur espace sacré de femme. Elles débutent ce cercle de femmes, fébriles et fragiles, pour le terminer, 13 jours plus tard, éclairées, fortes, ancrées, libres, rayonnantes et ensemble, fortifiées par cette sororité puissance et bienveillante. Cet album est conçu comme un guide initiatique, un recueil d'expériences inspirées de la réalité.

  • La Résidence des étudiants de Madrid s'est ouverte en 1919 à un jeune andalou plein de rêves romantiques. Il s'agit de Federico García Lorca. C'est là qu'il a développé sa créativité et qu'il s'est forgé son identité.

    C'est aussi dans cette résidence qu'il a rencontré d'autres génies : Luis Buñuel, Salvador Dalí... Federico y est resté jusqu'en 1928. On a tout dit ou presque sur Lorca et son univers. Mais qu'a-t-on dit sur les débuts de Federico?? À quel moment est-il devenu Lorca??

  • Accouche !

    ,

    Une enquête sur des expériences singulières de femmes qui accouchent aujourd'hui, entre méthode « naturelle », histoire personnelle et violence obstétricale ou au contraire personnel médical aux petits soins, chaque accouchement est unique.

    Le moment de l'accouchement reste tabou en France. Beaucoup de femmes ignorent encore qu'elles ont la possibilité d'élaborer un projet de naissance qui leur permettrait de bien vivre leur accouchement. De la sécurité de l'hypermédicalisation à l'intimité d'un accouchement à domicile, les besoins diffèrent. Faute d'informations, la plupart d'entre-elles se présentent à l'hôpital dans un état de grande vulnérabilité et de soumission totale vis à vis du corps médical. Il en résulte une violence obstétricale banalisée.
    Accouche ! se veut didactique et propose, sans aucun jugement moral pour éviter toute culpabilisation, une série d'interviews de parents aux histoires et aux profils très variés. Leurs accouchements sont racontés dans les détails afin d'inspirer aux futurs parents. Les autrices ont rencontré des professionnels : sagefemme, chirurgien, gynécologue, anesthésiste... qui leur ont parlé de leur métier, ses enjeux pour faire écho aux récits d'accouchements.
    Quelle que soit la complexité du dossier médical, quand tout se déroule dans un climat de bienveillance, les parents confiants gardent une impression heureuse de l'accouchement.
    La naissance devrait toujours être un moment merveilleux !

  • Une banlieue HLM. Des femmes au foyer créent l'association pour se retrouver la semaine et combattre l'isolement. Mercy, l'une d'entre elles, apprend que sa mère qui vit au Kenya, est malade. Les femmes vont s'unir pour l'aider à financer son billet. Au même moment, une communauté sectaire du même quartier organise des voyages destinés aux jeunes filles kényanes... vouées au mariage et à l'excision forcée. Les deux intrigues vont se mêler...

  • Une maison familiale en bord de mer. Le récit suit ses habitants, à trois périodes différentes (de nos jours, en 1968 et en 1960). Des liens forts et sensibles existent entre eux, traces laissées par les uns s'imprimant dans les vies des autres.Julie, une trentenaire parisienne, revient avec sa cousine Coline dans la maison de famille, en Loire-Atlantique. Elle a perdu son compagnon quelques mois auparavant. Elle est enceinte de sept mois et demi. Julie et Coline attendent le reste de la famille. Tout le monde se réunit dans la maison de la plage parce que l'oncle Albert souhaite la vendre pour récupérer sa part. Du récit, se dégage une atmosphère de vacances avec ses grandes tablées familiales, ponctuées de blagues, de discussions teintées de nostalgie puisque tous croient passer leur dernier été à la maison de la plage. Julie a une relation assez particulière avec cette maison. Sa chambre est repeinte en jaune, à l'exception d'un petit carré caché derrière un miroir, où l'ancien papier peint des années 60 a été conservé. Elle se souvient que sa grand-mère, Lucette, aujourd'hui décédée, lui avait fait promettre, si elle voulait un jour repeindre la chambre ; de ne surtout jamais toucher à ce petit carré derrière le miroir. Cette promesse est la clé de ce récit familial et intimiste...

  • Sophie a décroché un stage à Paris dans la plus grande boite de pub du monde. Pour cette jeune provinciale, le choc est puissant : apparts de 4m², pubards misanthropes, bobos sans gluten et amours version Tinder, saura-t-elle s'intégrer à l'entreprise et survivre à la capitale ? Quitter la tranquillité d'une petite ville de province pour le tumulte de la vie parisienne est un choc. Intégrer le leader de la publicité mondiale en est un autre. Arrivée à la capitale, Sophie va devoir s'adapter à son nouvel environnement : métro-boulot-dodo, collègues arrivistes, hipsters en pleine détox, ayatollahs du running et histoires d'amour 2.0. Réussira t-elle à se faire accepter sans trahir ses valeurs ?

  • En pleine campagne italienne, Le quotidien d'un couple, entouré de ses cinq chats révèlera les joies et les douleurs de la vie de chacun.

    Dans une maison bien chauffée au coeur de l'hiver en Italie, Elo et son compagnon essaient tant bien que mal d'avoir un enfant. Il est difficile pour eux d'avoir des moments d'intimité avec leurs cinq chats qui se baladent partout et tout le temps.
    Ils réclament à manger ou cherchent à obtenir toute l'attention possible. Ils sont pires que des enfants mais ils sont tellement attachants aussi. Cette journée égrènera les attentes, les espoirs et confrontera le couple à la perte d'un être cher et d'un des chats. Les facéties des chats redonnent le sourire au couple, les chats vont animer et articuler toute cette journée faite de drames et de sourires... Récit intimiste.

  • Alice décide avec son mari James d'héberger ses parents dans leur appartement parisien. Le couple doit faire face aux accès de furie de la mère bipolaire.

    - Alice, tu veux vraiment héberger tes parents dans votre appartement parisien ?
    - Ouais, James est d'accord, je vois pas pourquoi ça se passerait mal...
    Sauf que rien ne se passera comme prévu... La mère d'Alice est difficilement contrôlable. Entre gentillesse appuyée, mensonges et crises de paranoïa, elle va faire vivre l'enfer à sa fille et son gendre. Tour à tour, revêche, méchante, agressive, manipulatrice, puis adorable et aimante, la mère est le personnage central inquiétant du récit. Cette histoire de famille vire au thriller psychologique. Le diable est dans l'appartement... Sous le regard impuissance du père. Alice et James trouveront trouve rune solution, et vite...

    Les dessins d'un genre classique sont rehaussés de couleurs pops assumées.

  • Eugénie Croque-Bol, une jeune femme forte et décidée, veut devenir chef. Dans le grand restaurant gastronomique qui fait, la réputation de l'île. C'est une femme talentueuse au tempérament romanesque et positif, qui rêve d'aventures et d'ascension sociale.

    Eugénie se présente à Bouillon afin de prendre ses fonctions de commis de cuisine. Malgré son expérience, elle sait très bien qu'elle doit repasser au bas de l'échelle sociale et reprendre sa formation depuis le début. Mais elle est déterminée. Son but est de devenir chef et pas n'importe quel chef puisqu'elle vise le « Caldo » la grande table de l'île de Bouillon.
    Hélas, lorsqu'elle rencontre, le directeur de l'établissement, elle s'aperçoit qu'elle a été recrutée pour travailler dans la brasserie, centre névralgique de l'île, le lieu où l'empire qu'est devenu Bouillon, a démarré. Elle accepte néanmoins la proposition, emménage sur l'île et s'installe dans une chambre qu'elle partage avec une certaine Bigoudi, une jeune danseuse de cancan qui sévit au caf'conc. Elles ne tardent pas à devenir amies.
    Eugénie prend ses fonction sous les ordres du chef : M.
    Gilbert. Un homme grand et fort, rigoureux et souvent de mauvaise humeur mais qui a un « bon fond ».
    Comme il le dit lui même : « Je gueule mais je ne crie jamais ! ».
    Comme tout commis venant d'arriver, on lui confie dans un premier temps les tâches ingrates. Eugénie sera également amenée à résoudre une enquête qui concerne son amie Bigoudi et démarrera parallèlement à son ascension au sein de Bouillon...

  • Mélanie et Romain ont changé de région pour emménager en centre-ville avec leur fille Lilou âgée de cinq ans. Lui est commercial pour un grand concessionnaire automobile ; elle, était secrétaire de direction, mais elle a quitté son poste à sa demande, afin qu'elle s'occupe de leur fille et apporte tout le soin voulu à leur appartement. Romain est un mari violent. Pourtant, si l'on remonte plusieurs années en arrière, il ne l'était pas. Tout avait merveilleusement bien commencé entre Mélanie et Romain. Ils étaient fous amoureux. Et leur amour avait rapidement donné naissance à Lilou. Hélas les scènes de jalousie qu'elle avait acceptées par amour, deviennent fréquentes puis arrivent les violences verbales.
    C'est un cycle infernal qui se met en place, une prison dont elle ne trouve plus les clés pour fuir. Humiliée et tenue en état de dépendance, Mélanie a toutes les raisons de vouloir la mort de Romain. Elle réussit pourtant à mettre un point final à sa relation tout en lui sauvant la vie. Chaque année, 201 000 femmes âgées de 18 à 59 ans sont victimes de violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur ancien ou actuel partenaire. Ce chiffre ne couvre pas l'ensemble des violences au sein du couple puisqu'il ne rend pas compte des violences verbales ou psychologiques. En 2012, 148 femmes et 26 hommes ont été tués par leur compagnons/ es ou ex-compagnons/es.

empty