La Boite A Bulles

  • « Si les Allemands nous arrêtent, moi, je survivrai parce que je suis fort mais pas vous ». Ces paroles, prononcées prononcées par son père avant sa déportation, Serge Klarsfeld ne les oubliera jamais.

    Après la guerre, il se marie à Beate, une jeune allemande installée à Paris.
    Ensemble, ils se font la promesse d'obtenir la mise à l'écart de la vie politique allemande de tous les anciens nazis, puis d'obtenir le jugement et la condamnation des principaux responsables nazis de la déportation, notamment ceux ayant sévi en France. Distribution de tracts, manifestations, tentatives d'enlèvements, la « méthode Klarsfeld » prouve leur obstination à débusquer les criminels de guerre qui vivent paisiblement en toute impunité alors que, durant la guerre, ils occupaient des postes officiels, qu'ils soient anciens nazis comme Lischka, Hagen, ou Barbie ou collaborateurs français comme Papon, Bousquet ou Touvier...

    Dans ce roman graphique, Pascal Bresson revient sur les combats de la vie de Beate et Serge Klarsfeld pour que justice soit rendue et que nul n'oublie. Un ouvrage marquant pour l'histoire, la mémoire et la justice, brillamment mis en image par Sylvain Dorange.

  • En 1978, alors qu'il est encore un tout jeune peintre, Vann Nath est arrêté par les Khmers rouges. Accusé de violation du code moral, il est enfermé à la tristement célèbre prison de Tuol Sleng, plus connue sous le nom de S-21.
    Dès lors, la peinture deviendra pour lui synonyme de survie puisqu'il sera réquisitionné, comme bon nombre d'artistes et artisans cambodgiens, afin de mettre son talent au service de la dictature.
    À travers ce récit, l'on découvre les racines de l'art de Vann Nath, pour qui peindre est devenu, à sa libération, un devoir de mémoire et d'hommage aux victimes du régime de Pol Pot.
    Au-delà de sa portée biographique, cet ouvrage présente le combat mené par le peintre pour que les crimes de ses bourreaux ne demeurent pas inconnus de tous.
    Un album aussi passionnant que percutant...

  • Un portrait de femme au graphisme et aux textes d'une grande poésie... Une véritable ode à la féminité et au temps qui passe...

    "De ma naissance, je n'ai aucun souvenir. Je n'étais plus poisson, j'avais des bras, des jambes, un dos." Un jour, Pilar naît, puis elle grandit, se questionne, découvre, ressent, rencontre, aime, vieillit... Ainsi, sa vie, elle nous la conte en toute simplicité, délicatesse et sensualité.
    Avec douceur et poésie, Paulina Silva livre un portrait intime de femme, en toute sobriété et finesse à travers cet album évoquant le temps qui passe, marque les visages, les corps, l'esprit...
    Le texte français est signé par Véronique Massenot, dont les textes sont reconnus pour leur grande sensibilité.
    Un ouvrage somptueux, aux illustrations d'une grâce puissante, accompagnées d'un texte à la fois subtil et onirique...

  • Partez en tour du monde avec l'auteur de Kaboul Disco, Kaboul Requiem et Ainsi se tut Zarathoustra ! Infatigable globe-trotteur et reporter graphique au mépris du danger, Nicolas Wild enfile une fois de plus sa casquette d'aventurier entre une sortie piscine et une partie de poker, pour notre plus grand plaisir. Envoyé en reportage autour du globe par arte, l'armée française ou mu par ses propres envies, il livre à l'issue de chacune de ses missions un récit court marqué par son regard tout à la fois pertinent et décalé. De la France au Népal, en passant par l'Ukraine, la Turquie et le Liban, le regard faussement naïf de Nicolas Wild et sa patte reconnaissable entre toutes apportent une fois encore un éclairage fascinant sur des réalités géopolitiques méconnues, qui s'entrelacent aux quatre coins du monde.

  • "La plus belle femme du monde..." ! Surnommée ainsi par son producteur, Hedy Lamarr se voit ouvrir les portes d'Hollywood après avoir fui l'Autriche nazie et un premier mari marchand d'armes.
    Femme de caractère, séduisante et croqueuse d'hommes (6 maris et de nombreux amants célèbres), Hedy aura du mal à exister pour autre chose que sa beauté... dans une industrie cinématographique régie exclusivement par des hommes, dans l'Amérique des années 1940-50.
    Et pourtant Hedy n'est pas juste belle, elle est aussi curieuse, intelligente, et adore imaginer des inventions, sérieuses ou farfelues !
    En collaboration avec le compositeur et écrivain George Antheil, la jeune actrice imagine un système de communication cryptée, qui sera plus tard utilisé pour le guidage des missiles mais aussi pour le WIFI.
    Un nouveau regard porté en bande dessinée sur une femme au destin exceptionnel.

  • J'ai mis en route l'enregistreur et Wally a parlé durant des heures, comme si une digue s'était rompue et que les mots pouvaient enfin remonter le cours de son histoire. L'histoire d'une famille juive polonaise venue s'installer en banlieue parisienne en 1926, qui s'est trouvée emportée par les tourments du milieu du XXe siècle. Wally s'est rappelé ces années où elle a dû se cacher avec ses soeurs dans un village proche de Grenoble.
    Une vie de faim, de froid, d'attente de ses parents et de son frère déportés. Elle s'est également souvenue de ces jours où elle a découvert la montagne, la nature, l'amitié et l'amour.

  • Septembre 2013, Bangui renaît petit à petit de ses cendres. Les déluges de feu des rebelles Séléka - au pouvoir depuis quelques mois - ont enfin cédé la place à la cacophonie des moteurs et aux harangues des marchands ambulants. Le tout sous l'oeil protecteur des soldats français de l'opération Sangaris. Dans les sphères du pouvoir, tout semble rentrer dans l'ordre : la Séléka n'existe plus depuis sa dissolution par le nouveau chef d'Etat autoproclamé Djotodia. Pourtant personne n'a été désarmé et les tensions demeurent vives, notamment entre chrétiens et musulmans. Dans ce deuxième volume de Tempête sur Bangui, Didier Kassaï reprend brillamment le pinceau pour témoigner de son quotidien en République centrafricaine.

  • Abandonnés par la France, l'histoire des tarjuman (traducteur, en langue dari) vient réveiller un sentiment amer, en écho avec tous les supplétifs laissés sans protection dans l'histoire des guerres de notre pays.

    En effet, la France a employé en Afghanistan quelques huit cents traducteurs, chauffeurs, physionomistes, manutentionnaires et logisticiens pour les épauler dans leurs missions. Colonne vertébrale de la stratégie visant à gagner les coeurs et les esprits, ils se sont mués en véritables soldats, engagés aux côtés de nos troupes par conviction, dans l'espoir d'un autre avenir pour leur pays. Mais, suite au retrait de nos forces à compter de 2012, la France a refusé d'accorder un visa à la majorité d'entre eux...

    Tous deux intimement marqués par les précédentes "trahisons" françaises, deux journalistes, Brice Andlauer et Quentin Müller, ont décidé d'aller enquêter sur le terrain. Ils en sont revenus avec un livre dénonciateur, "Tarjuman, enquête sur une trahison française" (éditions Bayard).

    Avec cette bande dessinée, ils veulent donner corps à trois des tarjuman qu'ils ont rencontrés et mettre en scène leur chemin de vie pour mieux dénoncer le refus qui a été initialement opposé à leur demande de protection.

  • Nancy recrée une Angleterre plus victorienne que nature, empreinte d'Art Nouveau et d'influences japonisantes.

    Cet univers bien entendu peuplé de chats, elle le fait vivre également hors des bulles et des cases, au travers d'objets et d'images...

    Sa complice, Céline Badaroux Denizon, lui donne même un prolongement presque théâtral avec la création de costumes issus des livres et leur mise en scène soignée, qui permettent de mettre sur photo des Alice Barnes et Victor Neville plus vrais que nature...

    Un ouvrage étonnant, un régal pour les yeux...

  • Grégory Mardon nous invite à découvrir une vie, celle de son grand-père, Adolphe Hérault. Dans les années 1930, le jeune Adolphe, surnommé Dodo, travaille dans une boucherie à Douai. Pour partir loin des terrils du nord, il s'enrôle dans la marine nationale. Mais, manque de chance, il se retrouve affecté sur un navire.. à la boucherie du bord ! On suit Adolphe sur les sept mers, entre les parties de water-polo au milieu des requins et les virées à terre qui se terminent bien souvent aux fers.. Puis vient la guerre, avec ce terrible jour de juillet 1940 où près de 1300 soldats français perdent la vie dans le bombardement de la flotte française par l'aviation anglaise à Mersel-Kébir. Une histoire pleine de tendresse, d'humour et de mélancolie sur une vie de voyages et de rencontres, racontée avec sensibilité par un auteur aujourd'hui reconnu pour ses chroniques intimistes.

  • Depuis dix ans, la République centrafricaine enchaîne guerres civiles et coups d'Etat.

    Tant et si bien que les médias occidentaux finissent par oublier ses citoyens qui n'ont souvent que leurs jambes pour courir. Ceci jusqu'au conflit le plus violent et le plus meurtrier de cette dernière décennie : celui des rebelles de la SELEKA contre le président Bozizé, en 2013.

    Dans ce paysage chaotique, avant l'intervention des forces françaises, Didier Kassaï, artiste centrafricain, survit jour après jour ; il zigzague entre les grenades, les tirs de kalachnikov et les coups de machettes. Mais avec une farouche opiniâtreté, Didier poursuit son activité artistique comme un acte de résistance discret, et nous livre ici les chroniques de Bangui pris dans la tempête.

  • Avec grâce, poésie, simplicité et érudition, Etienne Appert conte l'origine du dessin, sa signification, sa raison d'être.

    « Pourquoi tu dessines ? » demande un jour un enfant à Étienne.

    Pour répondre à son questionnement, l'auteur choisit d'emprunter ce qu'il nomme la rivière d'encre : celle qui coule depuis le tout premier trait tracé par un homme et contient chaque histoire personnelle et universelle du dessin.

    La légende veut que le premier dessin ait été tracé en Grèce bien avant l'antiquité, par la main d'une femme qui voulu accrocher sur le mur de sa maison l'ombre de son aimé. C'est son histoire que nous suivons, mêlée aux souvenirs de l'auteur et à ceux de l'enfant qui l'accompagne. Et, pour un bout de chemin, François Boucq et Edmond Baudouin leur serviront de guides.

    Dessiner, mais pour quoi alors ? Pour laisser quelque chose dans l'au-delà, nous qui sommes mortels ? Pour donner forme à l'innommable ? Pour accrocher l'ombre d'un être aimé sur le mur de sa maison ?

  • Les Himbas constituent un peuple premier qui, bien qu'en contact avec la civilisation occidentale, a décidé de conserver son mode de vie.
    Solenn Bardet les connaît très bien, puisqu'à peine majeure, il y a 20 ans, elle est allée vivre avec eux, se faisant même adopter par une famille himba.
    En 2015, elle convainc Simon Hureau de la suivre dans son prochain périple en Namibie. Pour Solenn, les objectifs de ce voyage sont multiples : se rendre sur la tombe de son défunt père, présenter sa fille Zélie à sa famille himba et à ses amies et résoudre des conflits entre clans qui paralysent l'avancement des projets de l'association Kovahimba...
    Sur cette terre aride où rien n'est simple, organiser une simple réunion demande patience et persévérance. Aux côtés de Solenn, Simon Hureau et le lecteur découvrent la beauté, l'étrangeté de ce pays et de ses habitants.
    Dépaysant, instructif, magique...

  • D'un côté, il y a Luisa, 30 ans, photographe culinaire célibataire et incapable de vivre plus de quelques semaines avec un homme. De l'autre, Luisa, 15 ans, des rêves plein son sac à dos, une folle envie de trouver l'amour et de vivre de la photographie... Mais aussi des sentiments inassumés pour Lucie, sa copine lesbienne. Un jour, aussi invraisemblable que cela puisse lui paraître, la Luisa adulte voit débarquer sur le pas de sa porte l'ado qu'elle était ! Cette rencontre sera décisive pour la jeune femme car elle fera remonter à la surface des frustrations trop longtemps enfouies. Un récit initiatique à rebours, qui entraîne le lecteur dans une quête intime de réalisation personnelle, porté par le trait joueur et les couleurs pleines de vie de Carole Maurel.

  • Charles est un petit garçon différent. Peutêtre à cause de ses lunettes à cordon ? Ou alors parce qu'il ne met pas les animaux de la ferme à l'intérieur des barrières ?
    Avec un père qui ne comprend pas et une mère apeurée, Charles grandit et devient malgré lui un adulte. Mais même ainsi, Charles est différent. Trop peut-être, puisque malgré tout l'amour qu'il a en lui, personne ne semble vouloir accepter ce curieux mutisme de l'âme. Cette fragilité aveugle et cette délicatesse silencieuse qui l'anime.
    L'auteur nous emmène ici dans le quotidien à nu d'un être dénué de malice faisant face à la réalité dans son insidieuse cruauté. La vie telle qu'elle est sans artifice, à travers le regard simplet sans être sot de Charles.
    Un portrait qui appelle à la tolérance de l'autre et qui rappelle que malgré nos différence, nous sommes tous des êtres sensibles et que tous nous avons besoin qu'une oreille attentive nous comprenne.
    Un livre qui touche, qui bouscule tout en douceur et qui au final, fait du bien !

  • Septembre 2013. Selma, réfugiée palestinienne de 49 ans, quitte la Syrie avec son mari et ses deux enfants à la recherche d'une vie meilleure, loin de la guerre qui frappe le pays. Avec 70 autres migrants, elle embarque sur un bateau, direction l'Italie. Durant la traversée, elle subit un grave traumatisme à la tête. À son arrivée au port de Syracuse, elle est encore vivante, mais plus pour très longtemps. Sa famille, avec le soutien du docteur Hassan, néphrologue palestinien, décide de faire don de ses organes. Trois Italiens en attente de greffe en bénéficieront. Pour raconter cette histoire, Ugo Bertotti a recueilli les témoignages des membres de la famille de Selma, de ceux qui l'ont connue et surtout des trois personnes qui, grâce à Selma, sont toujours en vie. Une histoire racontée avec pudeur et sensibilité.

  • Au commencement était une lettre... une lettre mystérieuse de Agathe à son père, priant ce dernier de ne surtout pas la rechercher.

    Convaincu que sa fille n'est pas partie de son plein gré, monsieur K part à sa recherche dans les rues de Paris.

    S'ensuit une longue descente aux enfers, un chemin qui va l'amener à rencontrer puis à passer outre les conseils de personnages énigmatiques tels W. le pragmatique détective, N. le musicien balayeur, Bashô le chat poète, l'araignée sur l'épaule, le petit joueur de bille et... Enfin Libre, eux-mêmes. Ces personnages ne seraient-ils pas, au final, que des parts de lui-même qu'il lui faudra assimiler ?

    Pendant ce temps, Agathe, en plein monde onirique, semble oeuvrer à retrouver les couleurs et les dimensions d'un monde devenu trop plat pour elle.

    L'un et l'autre vont devoir travailler sur eux-mêmes, chacun de leur coté, afin de pouvoir (mieux) se retrouver. Nettoyer son passé, se faire de la place, accepter ses erreurs et avancer.

    La musique des sphères leur permettra-t-elle de se retrouver ?

  • Henri Charrière a 25 ans et on l'appelle Papillon. Un surnom qui trouve son origine dans le tatouage qui orne sa poitrine.

    Ce Don Juan du Montmartre des années 30 se retrouve accusé à tort d'un meurtre et prend perpet'. Il troque alors son costume trois pièces contre celui des travaux forcés. Mais bien vite, Papillon enfile la tenue qui lui vaudra sa réputation : celle de l'évadé.

    Dans ce livre-disque, Sanseverino incarne le célèbre bagnard et chante ses aventures au son de sa guitare, accompagné par le dessin fringant de Sylvain Dorange.

  • Dr Uriel

    Sento

    Fraîchement diplômé de médecine, Pablo Uriel effectue son premier remplacement dans un petit village du nord de l'Espagne. Alors qu'il découvre les joies de son métier et d'une vie paisible à la campagne, un soulèvement nationaliste éclate. En juillet 1936, la bourgade de La Rioja, dans laquelle exerce Pablo, est assaillie par une unité franquiste. Le jeune homme est immédiatement fait prisonnier. Contraint de soigner les phalangistes durant le siège de Belchite, Pablo sera par la suite emprisonné par les républicains. Successivement condamné par les deux camps, le docteur Uriel devra, au milieu du champ de bataille, faire face à ses premiers cas de conscience et au-delà de ses convictions politiques, préserver son humanité.

  • Premier album d'un duo d'auteurs, Le Chemin de Tuan retrace le parcours d'un jeune homme venu d'Indochine sur les traces de son oncle militant. Après quelques déboires à Marseille, il s'immerge dans le petit milieu des révolutionnaires parisiens, où se croisent anticolonialistes et nationalistes de tout poil.

  • Dans ce second volume de la série Chinh Tri, les auteurs nous emmènent au Vietnam. Dans Le Chemin de Tuan, le lecteur suivait le parcours de jeunes militants issus des colonies françaises à Paris, au coeur de la vie culturelle des années 1930. Dans ce deuxième volume, il est toujours question d'engagement, mais au pays du futur Hò Chi Minh, les choix se font plus pressants et cruels. Faut-il se préoccuper de nourrir sa famille ou bien préférer s'engager dans l'action violente pour l'indépendance du pays ?

  • Max et Coquillage sont maintenant mariés et parents d'une petite fille. Ils attendent leur deuxième enfant, leurs vieux amis sont toujours là et le travail ne manque pas.

    En somme, tout serait parfait si un point noir ne venait entacher leur quotidien : Marie, la mère de Max, souffre du syndrome de Benson. Oublis fréquents, perte de repères, diminution des capacités intellectuelles... Pour Max, cette nouvelle réalité est dure à accepter car sa mère n'a plus rien de la femme qu'il a connue.

    Désorienté, le jeune homme alterne entre mélancolie et colère. Alors qu'il a plus que jamais besoin de son soutien, Coquillage s'éloigne, dépassée par ce mal-être. Leur vie de famille devient difficile, d'autant que Max se réfugie de plus en plus dans le travail.

    Un récit touchant sur les personnes atteintes de maladies neurodégénératives et sur l'impact de celles-ci sur leur entourage.

  • Le 30 avril 1975, Saigon tombe aux mains des troupes nord-vietnamiennes, au terme de plusieurs semaines de combats. Lady Ace, alias Kim Cuong "fille" de Tuan, en couple avec un soldat américain, souhaite quitter le pays avec lui. Il lui fait alors part de l'existence d'une mission d'évacuation appelée "Frequent Wind" : lorsqu'elle entendra la chanson "White Christmas", elle devra se rendre dans l'un des points de sauvetage, pour tenter de monter dans un hélicoptère. Mais tout ne va pas se passer comme prévu...
    Clément Baloup et Mathieu Jiro mettent cette fois en lumière un épisode dramatique de la guerre du Vietnam : la chute de Saigon qui marquera la fin de la guerre et l'évacuation chaotique des troupes américaines.
    /> Le dernier tome d'une trilogie passionnante, au coeur de la guerre du Vietnam, entre fiction et histoire.

  • Lassé de son emploi, de son mariage et de sa vie qu'il juge devenue d'une banalité pesante, Xavier décide de tout changer. En s'engageant sur la route de l'indépendance, cet homme nouveau rencontre Léa. Avec elle, il redécouvre la sérénité du couple sans entraves. Car Léa n'a pas d'enfant et ne peut pas en avoir. Une situation dans laquelle Xavier compte s'épanouir pleinement, avide d'un quotidien fait de spontanéité et de découvertes.

    Mais ce rêve de liberté se voit bien vite estompé par un imprévu de taille, et qui n'a rien à voir avec ceux fantasmés par Xavier : Léa tombe enceinte.
    À 48 ans révolu, Xavier angoisse. Que va dire sa famille ? Et l'autonomie qu'il avait choisie en s'engageant avec Léa ? Et, surtout, n'y a-t-il pas de risques pour le bébé ?

    Pourtant, pas question de faire machine arrière. Malgré ses doutes et malgré son âge, Xavier sera de nouveau père.

empty