Numismatique

  • Il comprend les tableaux complets des différents monétaires pour tous les ateliers de France Les monnaies sont cotées pour 6 états de conservation par millésimes et ateliers. Pour chaque type, les états de conservation sont clairement définis. Et pour les jeunes collectionneurs : Un dossier d'introduction à la découverte de la Numismatique, un historique et des conseils pour bien collectionner. Un glossaire et un lexique faciliteront la lecture des collectionneurs les moins avertis. Le Franc Poche réussit le pari de répondre aux attentes des numismates exigeants et de s'adresser de façon claire aux collectionneurs débutants.

  • Dernier volet d'un triptyque sur l'or, cet ouvrage aborde les questions monétaires sous un angle plus large. Le médaillier de Metz, en plus de livrer des monnaies frappées au sein de la cité, notamment à l'époque royale, offre un panel intéressant de monnaies féodales et françaises du XIX e siècle ainsi que toute une série de monnaies du monde (Allemagne, Autriche, Suisse, Italie, Espagne, Afrique du nord, Amérique du sud, etc. ) qui traduisent parfaitement le caractère encyclopédique de ce fonds original. Outre une présentation des espèces en or en circulation dans la France du XVII e siècle, ce livre aborde la question des collectionneurs de la Renaissance au temps de l'humaniste Symhorien Champier lorsque la cité messine restait l'un des grands centres urbains de l'époque. Il s'intéresse également aux techniques de fabrications des émissions monétaires royales et dresse un portrait de l'évolution du franc depuis le franc à cheval jusqu'au franc germinal, oeuvre du messin Barbé Marbois, nommé en 1807 premier président de la Cour des comptes par Napoléon.

  • Dans ce premier ouvrage d'une nouvelle collection qui sera dédiée à la présentation des collections du musée Dobrée, archéologues, numismates et conservateurs abordent son médaillier, l'un des plus prestigieux de France, sous l'angle de l'histoire et de la description du mobilier archéologique issu de très nombreux dépôts monétaires trouvés en Loire- Atlantique. Monnaies, vaisselle précieuse et parures, jadis enfouies en prévision d'un avenir incertain, signalent pour la postérité les grands événements de l'histoire du territoire départemental. Collecté par la passion de quelques personnalités locales dont le portrait nous est donné, une partie de ce patrimoine est aujourd'hui conservé au musée, où il nous révèle la prospérité ou la perturbation des époques successives, le savoir-faire des anciens artisans, ainsi qu'une part de l'univers des générations passées et de leurs us et coutumes. Des trésors à la portée de tous !

  • Le présent volume qui présente six trésors est entièrement consacré aux trésors médiévaux du Xe au tout début du XIIesiècle : le trésor dit « du Loiret », le trésor du Xe siècle de Maffliers, le trésor de Cuts, le trésor monétaire double de Vignacourt, le trésor de Bordeaux-en-Gâtinais, un petit dépôt de monnaies royales du début du XIIe siècle à l'église de Marly-la-Ville.

  • Ce qui lie les dépôts publiés dans le volume XXII des Trésors monétaires est leur lieu de découverte, l'Ouest de la France, la Normandie pour l'essentiel. Si l'Antiquité est, comme souvent, à l'honneur, les époques médiévale et moderne n'ont pas été oubliées, puisqu'elles sont représentées par dix dépôts, contre sept pour l'Antiquité. Mais les quantités ne sont pas les mêmes : près de 18 000 monnaies antiques d'un côté, moins d'un millier de l'autre.
    Parmi les inventaires que comporte cet ouvrage, signalons en particulier les trésors de Guéhenno et de Pédernec qui permettent d'apporter un nouvel éclairage sur les ateliers armoricains du dernier quart du IIIe siècle. Le trésor de Neulliac, qui consiste en 117 monnaies d'or de Charles IV à Charles V, constitue également un ensemble très remarquable.

  • Le trésor d'antoniniens de Saint-Jeand'Ardières (Rhône) (terminus 252 après J.-C.), par Vincent Drost.
    Le double trésor de Magny-Cours, Nièvre, par Sylviane Estiot, Vincent Drost et Rodolphe Nicot.
    Le trésor constantinien de Chitry (Yonne) (terminus 323/324 après J.-C.), par Vincent Drost.
    Un ensemble de nummi constantiniens découvert sur le site de La Ramière à Roquemaure (Gard) (terminus 325 après J.-C.), par Vincent Drost, Hervé Petitot et Hervé Pomarèdes.
    Vingt ans après... Supplément à l'inventaire des trouvailles de monnaies d'or isolées faites en Gaule romaine (44 av. - 491 apr. J.-C.), par Xavier Loriot.
    Un dépôt monétaire du milieu du XIIIe siècle à Gisors (Eure), par Françoise Dumas.
    Le trésor d'Aizier (Eure) : étude archéonumismatique d'un dépôt monétaire du XVe siècle, par Thibault Cardon.
    Le trésor de Tirepied (Manche) : écus de 6 livres et pièces de 5 francs des XVIIIe et XIXe siècles, par Jérôme Jambu.

  • Quinze ensembles, enfouis (ou perdus) entre la fin de la République et le règne de Claude, forment la substance de ce volume. Ils sont parfois modestes en nombre, mais constitués de métal précieux (or et argent). Le trésor sévérien, découvert en Algérie, clôt cette publication.

    Monnayage de Q. Cornuficius. Rue des Farges à Lyon, 1978. Trésor de deniers républicains d'Arbanats (Gironde). Trésor du mont Souvance (Doubs) : 104 deniers d'argent d'époques républicaine et augustéenne. Petit dépôt d'aurei découvert à Evreux (Eure), rue Saint-Louis. Trésor d'aurei augustéens de la Gaumont / Saint-Martin à Angers (Maine-et-Loire), 1991. Trois petits dépôts d'argent d'époque tibérienne provenant de la région Midi-Pyrénées. Trésor de Meussia (Jura) : 399 monnaies d'argent d'époques républicaine et julio-claudienne. Dépôt monétaire datable du règne de Claude (?) découvert sur le site de la cité judiciaire de Melun (Seine-et-Marne), 1996. Trésor d'aurei julio-claudiens découvert à Montans (Tarn). Trésor de deniers d'Ain Temouchent et ses satellites dans l'Afrique romaine. Indices des tomes I a XX.

  • François Joyaux. Professeur des Universités à l'Institut National des Langues et Civilisations orientales (e.r). Etudie et collectionne les monnaies d'Extrême-Orient depuis trente ans. Président de la Société de Numismatique Asiatique. A publié de très nombreuses. études dans les revues spécialisées françaises et étrangères. L'auteur propose une étude aussi complète que possible sur l'histoire des monnaies du Vietnam, ainsi que du Laos et du Cambodge.
    Le sujet n'a été que peu traité, dans des ouvrages remontant au début du XXe siècle. Les colonisateurs français découvrent un (ou plutôt des) systèmes monétaires complexes, inspirés par la Chine, et fort différent de ce qui existe en Europe. Ils vont essayer de se servir de ces monnaies très diverses, souvent de très faible valeur (mais correspondant aux besoins de la vie économique des Vietnamiens), de les copier en faisant des frappes de sapèques en France.
    Mais les intérêts économiques coloniaux demandant des valeurs supérieures vont peu à peu prévaloir, et des piastres, des dollars et autres " grosses " pièces vont faire leur apparition. L'auteur consacre une large part aux techniciens et aux méthodes de frappe de ces monnaies, ainsi qu'aux numismates qui, dès la fin du XIXe siècle ont étudié les pièces locales, ainsi qu'aux belles collections existant aujourd'hui dans différentes institutions françaises.

  • Ce qui lie les dépôts publiés dans le volume XXIV des Trésors monétaires n'est ni leur lieu de découverte, ni l'époque à laquelle ils ont été enfouis, mais le métal. Ces quatre dépôts sont en effet uniquement constitués d'espèces en or (et d'argent dans le cas de Martigné).
    Le dépôt monétaire des Sablons, commune du Mans, inventé en 1997 se compose de 152 statères en or allié appartenant à trois séries monétaires : une série à l'hippocampe en cimier dont l'attribution traditionnelle aux Vénètes est remise en cause et deux séries à la boucle sur la joue attribuées aux Aulerques cénomans.
    Le dépôt de Lava, dont les premiers éléments ont été tirés de la mer en 1957, a fait l'objet d'un catalogue en 1958 et en 1980. L'inventaire actuel porte désormais sur 450 exemplaires. Cet ensemble regroupe aurei laurés, radiés, multiples d'or et objets d'orfèvrerie, immobilisé par un naufrage (?) en 272-273 ap. J.-C. Vraisemblablement découvert au large des côtes de la Sicile à la fin des années 1950, le dépôt dit « de Partinico » constitue l'une des plus extraordinaires trouvailles de monnaies d'or du Bas-Empire. Cette nouvelle tentative de reconstitution rassemble 174 exemplaires, dont 35 multiples d'or et 139 aurei, s'échelonnant de 276-277 à 308 ap. J.-C. Enfin le trésor de Martigné-sur-Mayenne, inventé en 1967, se compose de deux lots distincts : 275 monnaies d'or et 86 monnaies d'argent du XVe siècle. À coté des florins d'Utrecht, émis pendant la seconde moitié du XVe siècle, les monnaies les plus récentes sont les trois écus de Charles VIII et l'écu de Louis XII.

  • Chaque chapitre contient des tableaux de trois couleurs différentes, bordeaux pour le bronze et le billon, bleu pour l'argent et doré pour l'or simplifiant ainsi les recherches. Les chiffres de frappe ont été supprimés au profit d'indices de rareté de six degrés de C (commun) à R5. Les monnaies sont classées par règne, de la plus petite à la plus grande valeur, en bronze, billon, argent et or. Au début de chaque règne se trouve une liste indiquant les lettre ou signes d'atelier.
    Autre nouveauté, toutes les monnaies sont en couleur avec de nombreuses variétés expliquées et illustrées, les découvertes les plus récentes sont présentes, le tout dans un format plus pratique de 508 pages.

  • Ce volume 26 de la série Trésors monétaires (programme de recherche BnF) fait connaître 10 trésors de la moitié nord de la France enfouis sous le Haut Empire romain (Ier - IIIe siècle après J.-C.). Ces ensembles témoignent de l'évolution de la circulation monétaire essentiellement en Gaule Belgique et dans l'ouest de la Germanie, de la pax romana jusqu'aux troubles du IIIe siècle.

    Ouvrage publié avec le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles d'Ile-de-France - Ministère de la Culture et de la Communication.

  • Ce dictionnaire destiné à un large public définit des noms des principales monnaies en circulation dans l'Europe médiévale ainsi que tous les termes concernant la numismatique du Moyen-Âge. La plupart des notices sont accompagnées d'un dessin représentant la monnaie étudiée.

  • Cet ouvrage nous devoile toutes les astuces pour reconnaitre les eurobillets, code court, code long, systemes de verification, il repertorie et cote les billets emis par la BCE en signalant les varietes connues, les fausses varietes, les emissions temporaires et propose en fin d'ouvrage un gestionnaire de collection.

  • 2ème Edition, 104 pages couleur. Mise a jour des cotes et dernières nouveautés, complement de l'édition de 2007.

  • Ce qui lie les dépôts publiés dans le volume XXIII des Trésors monétaires n'est pas, pour une fois, leur lieu de découverte, mais l'époque à laquelle ils ont été enfouis, le IVe siècle de notre ère. Huit ensembles ont été découverts en Gaule, deux en Afrique du Nord. Ils ont pour la plupart été inventés récemment (Maule en 1966, Mantoche en 1993, Mont-Saint-Sulpice en 1995, Clerval en 1998, Larré en 2001, Chevroches en 2001-2002, Bordeaux enfin en 2003), à l'exception de celui de Seltz, en partie dispersé après sa découverte en 1930, et dont un nouveau lot, publié ici, a rejoint les collections du Cabinet des médailles, grâce à la générosité désintéressée de son propriétaire. Leur importance varie, d'une bourse de 11 nummi à Clairval aux dépôts plus importants de Larré (9 argentei et 918 nummi) et Mont-Saint-Sulpice (un demi-argenteus et 1086 nummi). Ces ensembles, enfouis ou perdus au cours du IVe siècle (Larré : 300 ; Mont-Saint-Sulpice : 310 ; Bordeaux : 312/3 ; Mantoche : 318 ainsi que Chevroches II ; Clairval : 330 ; Chevroches III : après 341; Maule : 353/4 ainsi que Constantine et Cherchel) donnent une idée assez exacte du numéraire en circulation en Gaule durant la première moitié du IVe siècle et apportent leur lot de types non répertoriés jusqu'alors. Les trésors de Constantine et Cherchel, trouvés en Afrique, témoignent pour leur part de circuits d'approvisionnement différents.

  • Trouvaille de La Villeneuve-au-Châtelot (Aube). Dépôt d'imitations radiées de la fin du IIIe siècle découvert à Choisyau-Bac. Trésor d'époque théodosienne de Linas (Essonne). Site de Chênehutte-Les-Tuffeaux (Maine-et-Loire).

  • Trésor d'Épiais-Rhus (Val-d'Oise, deniers et sesterces au IIIe siècle).
    Trésor du Puy-Dieu. Trésor de Bazarnes (Yonne).
    Trésor de Saulges (Mayenne, monnaies féodales du XIe siècle).
    Trésor de Pluherlin (Morbihan, monnaies royales et féodales des XIIe et XIIIe siècles).

empty