• Heredia le privé, fauché, grand buveur, toujours dans de mauvais draps, a perdu son grand amour, griseta.
    Il vit en compagnie de son chat simenon, un philosophe qui ne manque jamais de le ramener à la réalité, si dure soit-elle. et elle n'est pas de tout repos à santiago du chili, alors que les milieux du pouvoir empêchent toute enquête sur les attributions de marchés publics susceptibles de rapporter gros, aux dépens de l'écologie et de la population. heredia, suspecté, doit malgré lui faire la lumière sur l'assassinat d'un fonctionnaire exemplaire.
    Il ne peut compter que sur l'aide de sa voisine, la voyante sur le retour, de son ami, le kiosquier-turfiste au grand coeur, et du gringo écolo grand buveur de bière. ce n'est déjà pas si mal.

  • Comme beaucoup de jeunes Péruviens, Alberto Coiro est venu chercher du travail à Santiago du Chili, et lorsqu'il disparaît brutalement Heredia, le détective privé mélancolique et désabusé, se laisse persuader de partir à sa recherche. Il explore, guidé par un vieil homme, l'univers des vagabonds et des chiffonniers qui, la nuit, envahissent la ville. Il découvre les réseaux de jeux clandestins, les salles de billard, le trafic de cocaïne et tout un monde de personnages glauques. Mais il croise aussi le sourire de la jolie Violeta et se laisse émouvoir.
    Flanqué de ses complices habituels, son chat Simenon qui lui donne des conseils philosophiques, Serón le flic à la retraite, Anselmo le kiosquier turfiste et Campbell le journaliste, il nous plonge dans le Santiago de l'émigration et du racisme.
    Avec une intrigue bien menée dans une ville à la fois banale et fantastique, un style ironique et une impressionnante galerie de personnages secondaires pleins de vérité, Díaz-Eterovic prouve qu'il est un auteur de romans noirs avec lequel il faut compter.

  • Heredia, le détective privé des quartiers populaires de Santiago, vient de se décider à mettre fin à sa solitude de célibataire : il va enfin se marier - à reculons. C'est alors qu'Alfredo, son ami avocat, est retrouvé mort. Depuis peu, il avait été engagé par les habitants d'un village du nord du Chili, aux prises avec une exploitation minière polluante bien décidée à exproprier tout le monde.

    Entouré de ses complices de toujours, Simenon, son chat et confident, Anselmo, le kiosquier turfiste, et la commissaire Doris qui aimerait tant trouver une place auprès de lui, Heredia découvre l'ampleur des problèmes environnementaux au Chili, et leurs dénouements souvent tragiques : soif de lucre des entreprises, contamination des sols, indulgence coupable des autorités, spoliation des paysans.

    Heredia, c'est l'âme nostalgique d'un Santiago qui n'existe plus, les rêves brisés d'une génération sacrifiée, mais c'est aussi l'histoire chilienne revue et corrigée par un justicier mélancolique et intègre. Et toujours aussi allergique aux ordinateurs...

  • Heredia est détective privé, il vit à Santiago du Chili avec son chat Simenon, traine dans les bars et les hôtels de cinquième catégorie, fréquente des personnages excentriques et marginaux. Sa clientèle vient du quartier pauvre qu'il habite. Il a 50 ans et n'a pas de clients lorsque son éternel amour fugitif, Griselda, poussée par son amie Virginia, lui demande de s'occuper de l'assassinat de German Reyes, une affaire sans piste ni mobile. Heredia se retrouve vite confronté aux fantômes du passé de la dictature, à la torture et aux tortionnaires, et à des coïncidences troublantes. Heredia communique ses réflexions dans une prose alerte et rapide qui mêle ses souvenirs à l'intrigue, et nous donne à lire un portrait de la ville, une image du passage du temps et des tours que nous joue la vie.

  • « J'ai passé une grande partie de ma vie à chercher des réponses aux questions que d'autres se posaient et je désire maintenant résoudre le seul mystère qui me concerne totalement. » Chargé de retrouver un vieillard dont plus personne n'a de nouvelles, Heredia, l'orphelin, reçoit une lettre qui lui rappelle le voeu de sa mère, qui depuis le passé le pousse sur les traces de l'homme qui pourrait être son père et qu'il n'a jamais connu.
    Menant en parallèle ces deux enquêtes, deux mystères, il est confronté à la réalité de l'abandon, ainsi qu'aux pièges de la mémoire.
    Heredia, archétype du privé, avec son costume fripé et sa vieille voiture, se comporte en moderne don Quichotte « redressant les torts et faisant régner pour les êtres du commun une justice qu'autrement ils n'atteindraient jamais ».
    Un des meilleurs romans de la série policière la plus populaire d'Amérique latine.

  • La vie est compliquée pour un détective privé à Santiago du Chili et Heredia a déjà perdu beaucoup d'illusions et d'amours lorsqu'un nouvel assassinat l'empêche de retrouver un vieil amour. Son enquête l'amène au coeur d'un réseau impénétrable de complicités secrètes mêlant anciens policiers de la dictature, trafiquants d'armes et juges vénaux. Dans le sillage de Heredia, nous découvrons la marginalité urbaine, des pouvoirs cachés et la violence qui couve dans la ville de Santiago. Pourtant, c'est au cours de cette recherche désespérée que le destin va placer sur le chemin de ce solitaire un ange inattendu qui pourra peut-être venir à bout de son incurable solitude. Le seul témoin imperturbable de ces bouleversements est évidemment le philosophe, gardien et confident de Heredia, le chat Simenon, qui manifeste tout de même qu'une présence féminine comme celle de Griseta présente quelques avantages. Ce roman a reçu le prix du Conseil national du livre du Chili.

  • On vient d'apporter à Heredia une vieille photographie de sa jeunesse où il pose au milieu de ses
    anciens camarades d'univers ité. Sur le cliché, certains visages sont entourés d'un cercle rouge et,
    étrange coïncidence, deux d'entre eux sont morts de mort violente et le troisième a disparu depuis
    quelques semaines.
    Voilà notre détective solitaire et désabusé contraint de plonger dans ses souvenirs et de suivre
    avec les yeux du coeur des pistes qui le ramènent à l'une des périodes les plus tragiques de
    l'histoire du Chili.
    Ses recherches vont le conduire de Santiago jusqu'à Chiloé et lui faire toucher du doigt les
    noirceurs et les faiblesses de l'âme humaine.
    Comme dans ses romans précédents (Les Sept Fils de Simenon et La Mort se lève tôt) Ramon Diaz
    Eterovic se fait le témoin critique de son époque en peignant dans son style si particulier les
    difficultés de la vie quotidienne, son arrière -plan de violence et les blessures mal cicatrisées de ses
    concitoyens.

empty