• L'oeuvre de Jack Kirby apparaît comme l'une des plus originales des littératures dessinées du XXe siècle, et aussi comme l'une des plus fécondes.
    Le King a marqué de son empreinte, dès les années 1940, tous les genres canoniques du comic book (super-héros, guerre, westerns), dont il est parfois à l'origine (love comics dans l'immédiate après-guerre). Mais c'est au début des années 1960 que son génie créateur se manifeste de la façon la plus éclatante, puisqu'il crée à lui seul l'univers des Marvel Comics. Au-delà d'un panthéon de personnages, qui font aujourd'hui les beaux jours du cinéma destiné au grand public, Kirby est l'inventeur d'une technique narrative en images qui devint la norme chez Marvel, et dont l'influence s'étendit très largement.
    />

  • Ecrit dans un style très clair et volontairement non technique, le présent ouvrage examine les concepts fondamentaux d'une théorie de la BD qui a connu, depuis une quinzaine d'années, de profonds bouleversements. Il propose à la fois une rigoureuse évaluation critique des différents courants théoriques et une description originale des formes, des mécanismes et de la nature des littératures dessinées, basée sur les progrès les plus récents de la stripologie. Loin des afféteries d'une certaine littérature savante, il démontre la possibilité d'une narration par le seul biais de l'image et illustre l'impuissance de la sémiologie à en rendre compte, il montre que les relations entre texte et image ne définissent pas la bande dessinée, que les " codes " censés la caractériser n'en sont pas, que la distance entre le roman victorien illustré et la moderne " BD " est moins grande qu'on ne le croit. La question du statut des littératures dessinées n'est pas éludée. Un chapitre est consacré à la lutte séculaire contre la BD menée par les milieux d'éducateurs vitupérant tour à tour les Pieds Nickelés, le strip américain et le manga. Ce livre est pour finir une défense et illustration d'une littérature qui a constamment été victime des discours qu'on a tenus sur elle (nostalgique, universitaire, puriste, populiste).

  • En 1961, Sam's Strip était en avance sur son temps. Al Capp (Li'l Abner), Ernie Bushmiller (Nancy) et Walt Kelly (Pogo) s'étaient déjà amusés à pratiquer une bande dessinée « métanarrative », mais la création originale de Mort Walker et de Jerry Dumas fut la première à fonctionner systématiquement sur des gags autoréférentiels, jouant avec les codes de base de la bande dessinée, mélangeant différents styles et invitant des personnages fameux issus d'autres strips.
    Sam et son assistant possèdent et conçoivent le strip dont ils sont les hôtes. Le Yellow Kid, M. Illico, Krazy Kat, Blondie et Charlie Brown sont au nombre des figures familières qui passent par là.
    Sam's Strip ne parut jamais dans plus de soixante quotidiens. Les amateurs de bande dessinée le considèrent aujourd'hui comme une oeuvre culte.
    Cet ouvrage en constitue l'édition complète. Offrez-vous une incursion savoureuse dans les coulisses du comic strip !

empty