• Medley

    Emre Orhun

    Medley est un rêve. À vrai dire un cauchemar. Mais un cauchemar magnifique, entièrement réalisé à la carte à gratter par l'un des maîtres du genre, Emre Orhun. On y suit un personnage sans nom, mais affublé d'un grand nez. Il se réveille, blessé au genou, dans une ruelle sombre. Un clown inquiétant l'aperçoit et lui propose de l'aider. Notre héros accepte de le suivre, sans se douter de ce qui l'attend. S'ensuit un voyage halluciné et initiatique au cours duquel il va croiser des monstres obscènes, des pirates, des hippies morts, une secte adepte du bondage, la torture et l'amour, entre autres. Poème glauque et splendide, Medley invoque les figures grotesques de la littérature fantastique pour les accommoder à la sauce cyberpunk, quelque part entre Gustave doré et Marc Caro.

  • Avril 1912. Le Titanic traverse la nuit noire et s'avance inexorablement vers l'iceberg qui le fera bientĂ´t disparaĂ®tre dans les eaux sombres de l'Atlantique nord. A son bord, quelques milliers de passagers s'apprĂŞtent Ă  vivre l'une des plus effroyables tragĂ©dies de l'histoire du vingtième siècle. Mais, pour certains d'entre eux, le cauchemar a commencĂ© quelques heures plus tĂ´t, en marge d'une soirĂ©e costumĂ©e qui a dĂ©jĂ  tout d'un bal de fantĂ´mes.

    Cédric Rassat et Emre Orhun ont choisi d'aborder l'histoire du Titanic sous un angle nouveau. Cent ans après, cette tragédie renaît donc sous la forme d'un album très original et réalisé entièrement en cartes à gratter. Cette technique, que les auteurs avaient déjà utilisée pour Erzsebet (2010), prend ici tout son sens puisqu'elle permet de coller au plus près de la réalité graphique du drame. En effet, les formes blanches qu'Emre Orhun fait émerger en grattant méthodiquement sa planche sont à la fois celles qui vont permettre de concrétiser le récit, mais aussi, via l'apparition de l'iceberg blanc, l'image même de la "malédiction" qui va s'accomplir et envoyer, une nouvelle fois, le Titanic par le fond.

  • Hongrie, XVIIe siècle. La Comtesse Erszebet Bathory vit dans son château isolĂ© des Carpates.Elle est jeune, elle est belle. Son mari est parti Ă  la guerre. Elle est encline aux passions tourmentĂ©es, mais surtout, elle rĂ©alise que le Temps, ce voleur implacable, va lui ravir sa beautĂ©.Alors elle sombre dans une folie meurtrière : elle fait assassiner des dizaines de jeunes vierges pour se baigner dans leur sang, persuadĂ©e que lui seul peut la prĂ©server du vieillissement.L'histoire de cette meurtrière ayant rĂ©ellement existĂ© a inspirĂ© rĂ©gulièrement les crĂ©ateurs, et notamment Julie Delpy avec son film La Comtesse sorti en avril 2010. CĂ©dric Rassat et Emre Ohrun rĂ©alisent un album en carte Ă  gratter Ă©poustouflant de noirceur et de virtuositĂ©, imprĂ©gnĂ© de perversitĂ© sexuelle.Une folie gothique.

  • Baba Yaga (litt. " jambe d'os "), la terrible ogresse, vit au plus profond des forĂŞts sombres de Russie, dans une hutte juchĂ©e sur des pattes de poule. Il n'est guère d'enfant qui en soit revenu vivant !
    Aussi, quand sa marâtre l'envoie y chercher une aiguille et du fil, l'héroïne de cette histoire a pris soin de se renseigner : " Écoute-moi bien ", lui a dit sa tante " je connais quelques secrets qui pourront t'aider... Dans le jardin de Baba Yaga, tu verras un grand bouleau qui cherchera à te fouetter les yeux de ses branches. Noue un ruban autour de son tronc. Tu trouveras aussi une grosse barrière qui grince et voudra se refermer sur toi. Mets de l'huile sur ses gonds. " Chacun de ces conseils, la jeune fille prend bien soin de les suivre...
    Baba Yaga est une des figures les plus importantes du folklore russe (elle apparaît dans une centaine de contes traditionnels).
    La voix sensuelle, par moments presque enfantine, d'Emmanuelle Devos, confère à ce conte épaisseur et étrangeté.
    Proche des jeunes cinéastes sortis de la Fémis, elle participe aux premiers films d'Arnaud Desplechin. Elle tourne plusieurs films avec ce dernier dont Comment je me suis disputé... En 2001, le César de la Meilleure Actrice vient récompenser sa prestation dans Sur mes lèvres de Jacques Audiard. Malgré quelques incursions dans la comédie, Emmanuelle Devos reste fidèle au cinéma d'auteur et tourne L'Adversaire et La Moustache d'Emmanuel Carrère, Rois et reine de Arnaud Desplechin, De battre mon coeur s'est arrêté de Jacques Audiard et le très récent Gentille de Hélène Fillières. Parallèlement à sa carrière au cinéma, Emmanuelle Devos n'en continue pas moins d'évoluer sur les planches et joue actuellement dans Les Créanciers d'August Strindberg à Paris.
    Directeur de conservatoire, Pierre Choley a réalisé la mise en scène musicale de ce conte : trio de cordes, flûtes, clarinette et percussions.
    Coréalisation Textivores

empty