Rivages

  • Dickens fut un inlassable explorateur de Londres, ses prisons, ses théâtres, ses rues commerçantes, ses gares, ses docks, ses asiles pour les pauvres, ses taudis. Dans son écriture même, il est fascinant de suivre le va-et-vient entre journalisme et fiction : les récits journalistiques montrent souvent sous forme condensée ce qui sera développé sur des centaines de pages dans les romans et inversement on découvre souvent au détour d'un chapitre de roman des détails tirés de l'expérience vécue de Dickens marcheur et observateur dans les différents quartiers de la capitale. Mais c'est un Londres qui oscille sans cesse entre l'observation réaliste et la rêverie romantique, entre les activités diurnes et des transfigurations nocturnes qui prennent parfois une intensité quasi hallucinatoire.
    />

  • Paru un an après le célèbre Chant de Noël qui inaugura la série, Les Carillons est l'un des textes les plus directement engagés de Dickens, qui y réaffirme le droit des pauvres à la vie et à la dignité, contre l'austérité doctrinaire qui dominait alors les débats sur la condition des classes laborieuses, et que le romancier croque ici en quelques portraits âprement satiriques. Mais c'est aussi un grand moment d'invention poétique, où la fantasmagorie des ténèbres londoniennes se concentre dans des pages d'anthologie.

empty