L'arbre Vengeur

  • Le seul roman français (et qui plus est historique) du grand Dickens a trouvé dans Emmanuel Bove un traducteur inattendu (une traduction restée inédite) : une histoire d'humiliés qui profitent de la Terreur révolutionnaire pour se venger, au risque d'entrainer des innocents dans leur frénésie ; un allerretour entre Paris la sanglante et Londres le refuge, entre l'excès français et la réaction anglaise ; un avocat brillant et alcoolique qui donne un sens à sa vie en montant sur l'échafaud à la place d'un autre et accomplir ainsi le plus beau des gestes amoureux. Pathétique, digne, d'une puissante sobriété, ce relativement court roman de Dickens, s'il est un de ses plus lus partout, reste relativement méconnu en France où on gagnerait beaucoup à le découvrir dans cette superbe traduction.

  • Tandis qu'il compose le génial De grandes espérances, l'inlassable Charles Dickens fonde un nouveau périodique, "Ali the year round", dont il assure à lui seul une grande partie de la rédaction.
    L'un de ses porte-parole, une « identité » de rechange, sera le Voyageur sans Commerce: sous ce nom, il parcourt Londres, l'Angleterre, la France, en flâneur à l'oeil vif. On retrouve dans ces chroniques, rédigées jusqu'à sa mort en 1870, son goût pour l'errance - diurne et nocturne -, le détail pittoresque, le tableau touchant, macabre ou grotesque. Passant du trivial au fantastique, laissant libre cours à ses hantises et notamment sa fascination pour la mort, Dickens offre à ses lecteurs ébahis une vision de cet univers qui en fait l'un des plus grands écrivains de tous les temps.
    Inexplicablement inédits, ces textes méritent de rejoindre enfin ses chefs-d'oeuvre qu'ils éclairent d'un jour nouveau.

empty