• Septembre 1939. L'espoir d'échapper à la guerre sur lequel se concluait Étés anglais est révolu.
    La Pologne est envahie et la famille Cazalet apprend l'entrée en guerre de l'Angleterre. À Home Place, les adultes tentent de maintenir la routine quotidienne, régulièrement bousculée par les raids allemands.
    Louise, la fille d'Edward et de Villy, a 18 ans et rêve toujours de jouer Hamlet. Elle devra d'abord passer par une école de cuisine, où elle fera la rencontre de Stella Rose, jeune fille d'origine juive à l'esprit mordant. Au grand dam de sa famille, Louise fume, porte des pantalons, et c'est avec un mélange de curiosité et de mépris que ses cousines l'observent rejoindre le monde des adultes.
    Clary, dont le père Rupert est porté disparu quelque part sur les côtes françaises, renseigne scrupuleusement chaque parcelle de sa vie dans des carnets. Convaincue que son père est encore vivant, elle élabore mille scénarios expliquant son silence, allant jusqu'à envoyer une lettre au général de Gaulle.
    Polly, sa meilleure amie, est tourmentée par son manque de vocation comme par la vie de couple de ses parents.
    Sa mère souffre depuis des mois d'un mystérieux mal de dos. Les discours pacifistes et la sensibilité du cousin de Louise, Christopher, font naître chez elle les premiers sentiments amoureux.
    Sur fond de conflit mondial, l'auteure explore la difficile transition entre l'enfance et l'âge adulte et le changement des mentalités amorcé dans les années 1940. Elle touche aux angoisses et aux secrets les plus enfouis en chacun, l'infidélité au sein du couple, la rivalité mère-fille, le deuil. De Home Place à Londres, la guerre et la terreur d'une possible défaite ne semblent jamais loin, et c'est toujours avec la même modernité, la même remarquable psychologie des personnages, qu'Elizabeth Jane Howard nous fait mesurer l'impact de la Seconde guerre mondiale sur un pays qui n'a pas encore digéré la première.

  • Juillet 1937. À Home Place, propriété familiale au coeur du Sussex, la Duche orchestre le ballet des domestiques avant l'arrivée de la famille au grand complet. Ses trois fils, Hugh, Edward et Rupert Cazalet, dont deux sont revenus indemnes - ou presque - de la dernière guerre, sont en chemin depuis Londres avec épouses, enfants et gouvernantes, pour un séjour de plusieurs semaines. Jardiniers, femmes de chambre, cuisinière et aides cuisinières sont sur le pont pour répartir les pots de chambre, tailler les haies, établir le menu de chaque repas et faire briller les services à thé. Où dormira Clary, la fille de Rupert, pré-adolescente mal dans sa peau en plein conflit avec sa belle mère ? Quelle robe portera Villy, la femme d'Edward, ancienne ballerine en manque d'occupation malgré ses trois enfants ? Réussira-t-on à apaiser Polly, la fille de Hugh, terrorisée à l'idée qu'une guerre éclate ? Sa cousine Louise, qui rêve de devenir actrice et d'incarner le roi Lear, un rôle interdit aux filles, apporterat- elle toute sa bibliothèque ? Et Rachel, la seule fille de la Duche, restée auprès de ses parents, trouvera-t-elle un moment au milieu de ce branle-bas de combat pour ouvrir la précieuse lettre de son amie Sid ?
    Si l'été regorge encore d'incertitudes, on entend sans l'ombre d'un doute approcher le grondement d'une nouvelle guerre. Les après-midi dans le jardin, parties de tennis, balades à cheval, pique-niques sur la plage et soirées auprès du gramophone se succèdent. Les non-dits, chamailleries, chagrins et profonds bouleversements s'entrecroisent.
    Aux préoccupations des adultes font écho les inquiétudes des enfants, et à la résilience des femmes, qu'elles soient épouses, fillettes ou domestiques, répond la toute puissance, ou l'impuissance, des hommes. Mais chacun garde un oeil, inquiet ou insouciant, sur la tempête dévastatrice qui s'annonce.

  • La saga des Cazalet T.3 ; confusion Nouv.

    Confusion est le troisième tome, tant attendu, de la saga des Cazalet.
    Polly et Clary, les deux cousines encore enfants dans Étés anglais et qui, adolescentes, avaient la part belle dans À rude épreuve, continuent de grandir. Elles ont dix-sept ans en mars 1942, alors que la guerre se poursuit. Tandis que le deuil, les restrictions de chauffage et le rationnement rythment le quotidien à Home Place, elles n'aspirent qu'à échapper à l'étau familial qui se resserre inexorablement.
    Sybil, la mère de Polly, vient de succomber au cancer qui la rongeait. Rupert, le père de Clary, n'a plus donné signe de vie depuis le mot qu'il a confié à un soldat français. Au chagrin des deux héroïnes s'ajoute la frustration face au silence borné et à la stricte bienséance du clan Cazalet. Les adultes se refusent à parler des choses graves, et continuent de considérer Polly et Clary comme des enfants - enfants à qui on n'hésite pas, pourtant, à confier la garde de leurs cadets, non seulement Lydia et Neville, mais aussi Roly, Wills et enfin Juliet, la dernière née...
    À quel modèle les deux jeunes filles peuvent-elles bien s'identifier ? Leur cousine Louise, qui rêvait jadis de jouer Shakespeare, abandonne sa carrière d'actrice pour épouser Michael, jeune peintre et officier dans la Marine, et devenir mère de famille. Leur tante Rachel est à ce point dévouée à ses parents qu'elle laisse partir sa précieuse amie Sid. Et pendant que Zoë, la belle-mère de Clary, s'éprend d'un officier américain, les infidélités d'Oncle Edward à l'égard de Tante Villy menacent de tout faire voler en éclats.
    Malgré les bombardements et les sirènes, Londres semble toujours plus attirante que Home Place, où règne un froid glacial et une atmosphère de plomb. Polly et Clary mettront tout en oeuvre pour rallier la capitale et trouver, enfin, leur indépendance.

empty