Arts et spectacles

  • Maria Savinio, dans un long texte consacré à sa rencontre et à sa vie avec Alberto Savinio, qu'elle épousa en 1926, évoque avec saveur et subtilité sa belle histoire d'amour avec le grand homme, leur mariage, leurs années de vache maigre à Rome puis à Paris, les premiers succès de peintre de Savinio, auprès des galeristes et des marchands parisiens, leurs amitiés, notamment avec Cocteau, de Pisis, Max Ernst, les Eluard. et leur quotidien de couple heureux.
    De même que le texte de Maria, l'échange de correspondance entre les deux époux, qui constitue le coeur du livre, donne le sentiment d'une conjugalité sereine et fantaisiste à la fois. Habitée par un sentiment amoureux profond et sincère, même dans les moments de difficulté, leur vie commune apparaît surtout marquée d'une extraordinaire intelligence qui réinventait la vie jour après jour.
    Parce qu'elle était actrice et qu'elle voyageait beaucoup pour ses tournées théâtrales, avec la Duse, avec Pirandello, Alberto Savinio écrivit des lettres nombreuses et enflammées à sa future femme, et leur correspondance se poursuivit à l'occasion des voyages de l'un ou de l'autre durant leur vie commune.
    Partie intégrante des lettres d'Alberto, des dessins, des croquis, des partitions musicales, souvent tendres, parfois ironiques, sont reproduits dans le présent volume, augmenté d'un album photographique.
    L'ironie grinçante de Savinio créateur et homme public n'est pas absente, notamment dans un texte de sa plume inséré en fin de volume et intitulé Silence dans le mariage, qui fait figure de contrepoint " réaliste " à d'autres lettres plus idylliques.
    Réalisme que souligne dans sa postface Leonardo Sciasca, qui insiste sur la pudeur et la discrétion de son ami Savinio dans la vie privée.

empty