Arts et spectacles

  • Hayao Miyazaki est aujourd'hui le cinéaste d'animation le plus populaire au monde. Il connaît un succès fulgurant au Japon dès ses premiers films avant de donner ses lettres de noblesses à la japanime en Occident. Chacun de ses films est depuis un événement planétaire détrônant au box-office les plus gros blockbusters américains. Son style est immédiatement identifiable par le grand public et son studio Ghibli est une marque reconnue par tous les spectateurs du monde. Il est l'un des rares artistes à être entré de son vivant dans l'imaginaire collectif, imposant en plus de quarante ans de carrière une vision singulière et nuancée du monde, de l'homme et de la société, accessible au plus grand nombre. Hayao Miyazaki, nuances d'une oeuvre propose une lecture précise et originale de son travail pour approcher le véritable propos d'une oeuvre et y découvrir de nouvelles richesses, à travers un beau livre richement illustré.

  • Un panorama de tous les imaginaires inspirés par la culture celte : de la fartasy au heavy metal en passant par l'art ou les jeux, et sans oublier des articles historiques et des points culturels spécifiques, une véritable bible pour les fans de celtisme

  • Dans les airs, dans les mers ou sous terre, chaque recoin de notre planète abrite des créatures déconcertantes que seuls les artistes réussirent à rendre réelles. Grâce à leurs illustrations, nous suivons leur reconnaissance émerveillée du territoire des dragons et des chimères.

  • Avec deux belles expositions à succès, à la BnF et aux Arts et métiers, l'esthétique du "merveilleux scientifique", précurseur de la science-fiction, a rencontré le grand public.

  • Mythes religieux, contes de monde à l'envers, acolyte démoniaque des sorcières ou bête chérie des enfants, un fantastique voyage illustré sur les traces du chat, animal énigmatique et indépendant qui fascina et inspira les premiers écrivains littéraires comme les artistes dès l'antiquité égyptienne.

  • Nous vous invitons à explorer les différents visages de la culture nippone, sous l'angle de ses imaginaires. Au fil d'un voyage thématique, vous découvrirez comment se sont forgées les différentes formes de récit japonais, depuis l'ancestral Kojiki jusqu'aux innovations du jeu vidéo. Vous apprivoiserez les différents personnages qui peuplent ces histoires : les kaiju, school girls et avatars du Guerrier vous révèleront les valeurs qui les animent et les esthétiques qui les portent. Et si les facéties des yokai et la menace sombre des futurs apocalyptiques ne vous ont pas fait fuir, peut-être même distinguerez-vous, à travers les échos de la musique nippone ou dans le jaillissement de ses saveurs élégantes, le rapport étonnant que le Japon entretient avec le temps et l'espace...

  • L'idée est née lorsque nous préparions l'iconographie du Panorama de la fantasy. Un ami graphiste nous avait ouvert sa collection et devant la multitude de documents, nous avons commencé à cogiter... Et si l'on essayait un jour de prolonger le Panorama avec quelques recueils des grands illustrateurs du merveilleux ? À chaque fois, le volume présente une biographie de l'artiste, rédigée par André- François Ruaud (qui avait déjà rédigé 60% du Panorama illustré de la fantasy & du merveilleux, avec entre 70 et 80 reproductions pleine page de tableaux et d'illustration de l'artiste + quelques autres documents. En 96 pages, un concentré de beauté, des sommets de l'art illustratif.

  • William Heath Robinson (1872-1944) développa un dessin à l'élégance légère et lumineuse, au trait presque "ligne claire", pour illustrer des auteurs tels qu'Andersen, Rabelais, Cervantes, Shakespeare, Kingsley ou Walter de la Mare, tout en créant ses propres livres pour les enfants.

    Parallèlement, il développa également une carrière de cartooniste, se spécialisant dans des représentations de machines à la complexité ridicule et absurde, une démesure comique qui le rendit célèbre.

  • 1969-1989 : vingt années durant, les Monty Python - John Cleese, Graham Chapman, Terry Gilliam, Eric Idle, Terry Jones et Michael Palin - ont déployé, dans leurs émissions télévisées, leurs disques, leurs livres et leurs films, un humour décapant, d'un style si unique, si caractéristique, que dans les pays anglo-saxons l'adjectif pythonesque est passé dans le langage courant, en bonne compagnie avec rabelaisien, shakespearien, proustien, kafkaïen ou bernard-henri-lévyen.

    Bon. Peut-être pas le dernier. Il faudrait vérifier.

    Bref.

    Aussi brillant et singulier qu'il soit, le groupe n'est pas le fruit d'une génération spontanée : il s'inscrit clairement dans une transformation de l'humour après-guerre au Royaume-Uni, et plus encore dans le grand mouvement de contestation des années soixante. Ce livre examine les origines des Monty Python, leurs biographies, les circonstances de la création du groupe, sa carrière jalonnée de scandales, sa fin tragique et sa postérité.

    Un ouvrage que nous nous permettons de juger indispensable.

    (Nothombien, plutôt ? Angotesque ? Mussoïais ? Bogdanovoïde ?)

  • L'idée est née lorsque nous préparions l'iconographie du Panorama de la fantasy. Un ami graphiste nous avait ouvert sa collection et devant la multitude de documents, nous avons commencé à cogiter... Et si l'on essayait un jour de prolonger le Panorama avec quelques recueils des grands illustrateurs du merveilleux ? Ce volume propose des présentations d'artistes (par Christine Luce, Sara Doke, Samuel Minne et d'autres spécialistes), avec entre 70 et 80 reproductions pleine page de tableaux et d'illustration des artistes + quelques autres documents.
    En 96 pages, un concentré de beauté, des sommets de l'art illustratif.

  • Edmund Dulac (1882-1953) était né à Toulouse sous le prénom d'Edmond mais il était si anglophile qu'il fila faire carrière à Londres et devint un artiste si anglais qu'il rivalisa vite avec Arthur Rackham, dans le même domaine du grand album illustré. Poe, Andersen, les Mille et une nuits...

    Grand admirateur des miniatures persanes, Dulac éclairait sa palette, arrangeait les motifs minutieux en niveaux plats, se libérait des contraintes de la perspective à l'occidentale, jusqu'à atteindre un summum de délicatesse.

  • Vampires, zombies, loups-garous, extraterrestres, robots... Toute une galerie de créatures effrayantes, amusantes ou attachantes peuple les fictions et séries télévisées depuis que la lumière cathodique fut, au milieu du siècle dernier. Représentés dans tous les genres et à toutes les époques, ces monstres de télévision véhiculent avec eux une imagerie et une symbolique en perpétuelle évolution ; une évolution bien souvent assujettie à celle de la technique et des effets spéciaux. Surmontez vos peurs et plongez sans plus tarder dans le freak show du petit écran...

  • Nous poursuivons donc notre travail sur cette oeuvre formidable, avec cette fois le premier d'une série de volumes d'archives : un fort volume d'entretiens et de documents rares, qui tissent le portrait d'un grand auteur à travers ses propres mots. Issus de fanzines, de magazines, de catalogues et de sites, ces 32 entretiens couvrent toute sa carrière. Avec plein de documents, fragments, photos et repro de couvertures de fanzines, une autobiographie, et quatre petits articles.

  • A comme Aquaman. B comme Batman, C comme Captain America. D comme Daredevil. Depuis soixante-quinze ans, les super-héros ont envahi l'imaginaire populaire et conquis tous les territoires, en Amérique, en France, en Europe, dans les libraires, les salles obscures et les consoles de jeux vidéo. Il est temps, aujourd'hui, de rendre hommage à cette population disparate et pourtant si reconnaissable, de justiciers aux costumes colorés et aux pouvoirs spectaculaires. Surhommes solaires, combattants nocturnes, super-patriotes et super-soldats, êtres de flammes et d'eau, défenseurs venus du futur ou du passé, aventuriers dimensionnels ou pirates de l'espace, et jusqu'aux parodies et aux animaux parlants, ils sont tous là.

  • Zone interlope, où tout semble encore possible, l'adolescence cristallise les hystéries du monde contemporain. Cible privilégiée du formatage culturel mais puissance de subversion suscitant la crainte de toutes les autorités (familiale, politique, éducative), l'adolescence est aussi l'objet d'une exploration cinématographique tous azimuts où s'articule et se recompose sans cesse le rapport à la norme et à l'identité.

    Parcours singulier et kaléidoscopique dans l'univers du film adolescent, cet ouvrage sonde sans a priori l'intimité des adolescents, d'une multitude d'adolescents : les potaches de Judd Apatow, les fêtards d'Harmony Korine, les nihilistes de Larry Clark, les collés de John Hugues, les banlieusards d'Abdellatif Kechiche, les suicidées de Sofia Coppola, les vacanciers d'Eric Rohmer, et tant d'autres encore.

  • A travers une exploration du " cinéma vomitif " (gore, mondo, torture flicks, snuff movies et autres " mauvais genres "), cet essai se propose de réfléchir librement aux rapports ambigus que le spectateur entretient avec la violence extrême.
    L'étude de cette face sombre du 7ème art, généralement ignorée ou méprisée, permet pourtant de remettre en question un certain nombre d'idées reçues et de catégorisations hâtives. Dans une société de consommation, soucieuse de notre confort au point d'occulter notre mortelle condition, dans une société de l'image où la violence est plus souvent montrée que vécue, les films qui choquent, suscitent la polémique ou les foudres de la censure, agissent comme des révélateurs, sociologiques et politiques.
    Montre-moi ce que tu redoutes, je te dirai qui tu es.

  • Pparus au cours des années quatre-vingt, les joypads sont devenus l'interface de prédilection pour jouer sur console du fait de leur flexibilité et de leur confort manuel. Suivant les marques, les générations de produits et les types de jeux proposés, des centaines de modèles ont vu le jour.

    À l'heure de la rupture due aux interfaces gestuelles, ce livre retrace l'évolution des joypads dans le temps. En s'appuyant sur des documents historiques, des interviews de designers et sur l'exploration de la filiation entre manettes elles-mêmes, l'ouvrage décrit les principaux facteurs qui ont influencé leur conception.

  • L'oeuvre de certains artistes entre de leur vivant dans l'imaginaire collectif. Le mangaka et réalisateur japonais Hayao Miyazaki (Nausicaä, Mon Voisin Totoro, Chihiro, Ponyo.) est l'un d'entre eux. De la Toei aux studios Ghibli, il a imposé, en plus de quarante ans de carrière, une vision singulière et nuancée du monde, de l'homme et de la société. Respectant la volonté de l'auteur de n'être jugé que sur ses créations, cet ouvrage prend le parti d'explorer l'imaginaire de Miyazaki et d'en rechercher la cohérence interne. Grâce à une analyse minutieuse des personnages, motifs et thèmes récurrents, la chronologie de ses oeuvres est mise en perspective, tant sur la forme que sur le fond, pour aboutir à une véritable cartographie de son univers, placée sous le signe du voyage initiatique et de la magie intérieure. Une étude qui replace également cette production dans son contexte, non pas historique ou biographique, mais culturel : inspiré tant par sa propre société que par les pays du soleil couchant, Miyazaki se trouve aujourd'hui au coeur d'un dialogue, à la fois textuel et visuel, entre Japon, Europe et États-Unis.

    Prolongeant ce jeu de miroirs, Raphaël Colson, essayiste et grand amateur de manga et d'animation, s'est associé à Gaël Régner, fin connaisseur de la langue et de la culture japonaises, pour proposer une approche originale, dans laquelle l'image et le texte participent intimement à l'exploration et au décryptage d'une oeuvre au message universel et profondément humaniste.

    Photos, cartes, dessins d'enfants, nombreux documents, illustrations de David Alvarez, habillage graphique de Marie-Pierre Jeffard.

  • Il est rare pour un écrivain de voir s'envoler ses mots. Paroles propres ou empruntées à un autre, créations ou adaptations. Par le talent du comédien et la magie du réalisateur, les phrases planent alors sur les ondes, l'auteur devient auditeur. Si la radio est un théâtre, chaque foyer en est le public. Le rideau monte, comme le son, drame et farce sont les deux parties du masque que porte l'acteur sans visage. Mais il y a sa voix, invitation à l'écoute.

  • Vous êtes-vous déjà demandé qui pense les génériques de vos fictions télévisées ? Qui se charge de la délicate opération de choisir les quelques plans signifiants qui vont constituer le générique et, donc, représenter les centaines de milliers d'autres que compte une fiction de plus de 80 heures ? Quelle importance y tient la musique ou bien encore le titre de l'oeuvre ? Y-a-t-il un message derrière la hiérarchie des crédits affichés à l'écran ? À force de rétrécir, les génériques vont-ils disparaître ? Quelles sont les grandes familles de génériques ?

    Au fil des décennies, les génériques n'ont cessé de prendre de l'importance. Narratifs ou informatifs, oeuvres à part entière ou habile remontage, ils sont des objets médiatiques qui collent à l'air du temps. Courts, percutants, surprenants, les génériques sont des matrices inconscientes de ce qu'est devenu le monde audiovisuel.

    Une lecture historique, esthétique mais aussi industrielle de ces petits films si fascinants dont chacun de nous possède au moins un exemple en tête.

  • Le Ballon fantôme de Jacques des Gachons est un bel album au propos utopiste, qui est paru en 1909. Illustré par Albert Robida, ce texte étonnant et léger sur une utopie du voyage en ballon, dont on ne sait trop si les auteurs le destinaient à un public jeunesse ou adulte, est devenu de nos jours fort rare ?- pour preuve, le prix qu'en demandent les bouquinistes. Notre ami Alexandre Mare nous a suggéré d'en faire une réédition, et nous avons opté pour le principe d'un (presque) fac-similé. "Presque" seulement, car après moult hésitation, nous sommes finalement revenus au format habituel de nos hardcovers, le plus esthétique de ceux disponibles chez l'imprimeur anglais, ce qui nous a obligé à effectuer la reproduction à 91% du format d'origine. Notre réédition sera donc un peu plus petite que l'album de 1909, mais sera pour le reste en tous points semblable, page à page. Avec bien entendu la trentaine de gravures de Robida, bien restaurées.

empty