Motus

  • « Des ciseaux mal écrits par un enfant sont devenus des oiseaux. Maintenant ils coupent le vent tout ça à cause d'un enfant qui faisait des poèmes dans ses fautes. » 30 poèmes magiques pour s' étonner, sourire des petits riens qui font tout et de tout le reste qui n'est pas rien... David Dumortier signe ici son 4ème titre chez møtus. Un recueil plein d'originalité, d'inventivité et d'inspiration, en parfait accord avec les illustrations riches d'humour et de tendresse de Pierre Pratt.

  • Chamalla

    ,

    • Motus
    • 6 Novembre 2020

    « Ne dites pas à Chamalla qu'elle est une princesse. Elle déteste les princesses. Elle déteste les fées, les princes charmants et les histoires qui finissent bien. Ce qu'elle aime, Chamalla, ce sont les histoires d'OGRESSES » Chamalla n'a peur de rien, de rien ni de personne, même pas de la grande dame en noir qui habite « la maison-qui-fait- peur »... Jusqu'au jour où les histoires de papa deviennent réalité...
    A travers ce conte onirique, la petite fille est confrontée à la mince frontière entre les rêves et la réalité. Elle suit le chat noir qui la guide sur le chemin de l'exploration, franchit les limites et les interdictions pour s'aventurer dans une forêt.
    Une expérience fascinante dont elle sortira grandie.
    Alessia Bravo a mis plusieurs années à réaliser les illustrations de ce magnifique conte, tant elle s'est totalement impliquée, avec une inventivité et une exigence inouïes.
    Il fallait ce travail de précision et d'exception pour être en parfaite adéquation avec la belle et forte histoire imaginée par Claude Burneau. Le résultat est sublime !

  • Qui suis-je ?

    Tony Durand

    • Motus
    • 20 Février 2021

    « Qui suis-je ? Comment le savoir ? Est-ce que je pourrais être quelqu'un d'autre ? Et toi, qui es-tu ? ». Tous les enfants se posent et posent ces questions.
    A travers chaque interrogation, chaque pensée, nous découvrons un personnage, qui comme tous les enfants, est en réflexion sur son être et sur son identité.
    Tony Durand nous emmène dans ce cheminement simple et profond à la fois, grâce à ses illustrations pleines d'humour et d'intelligence. A chaque page, l'occasion est offerte d'explorer un questionnement, par le biais des mots et d'images qui se font échos.

  • Qui s'attache aux taches ? Nouv.

    « Je suis née de la plume d'un écolier [...] Mais partout c'était pareil. Personne n'était content de me voir arriver ».

    Dans cet album, une fois n'est pas coutume, la narratrice n'est pas une personne, ni un animal. Elle n'est pas non plus vraiment un objet, même si elle se répand sur une feuille, la feuille d'un jeune élève au milieu d'une dictée, puisqu'il s'agit d'une tache. Et la tache parle, la tache se raconte et dit sa tristesse de n'être jamais la bienvenue, ni à l'école, si sur un vêtement, de loisir ou de travail. Jusqu'à ce que notre héroïne se retrouve par hasard parmi d'autres taches, de différentes couleurs, sur le tableau d'un peintre. Et tout va se trouver transformé !

  • "Mimouche, Miosotys, Nestor, Oulala ou Ouistiti, souvent les chiens ont de drôles de noms." Du chihuahua au chow-chow, du cursinu au barbichon, du setter irlandais au chien-loup tchèque, François David et Henri Galeron rendent un hommage adorable à nos fidèles compagnons et à toutes leurs facéties. Ils nous offrent un livre rempli d'humour, d'invention et d'une immense tendresse envers nos amis à quatre pattes. NOM D'UN CHIEN est leur huitième ouvrage commun. Ils y manifestent une magnifique liberté créatrice. Un recueil de poèmes si drôles et si touchants, somptueusement illustré.

  • Grandir

    Elodie Brondoni

    • Motus
    • 15 Mai 2020

    « Ce matin tout est grand et terrifiant. Ça tremble dans ton coeur... » GRANDIR, ça fait peur, c'est dangereux. Tout nous est inconnu et nous paraît immense. Mais quand on prend le temps d' écouter son coeur et que l'on trouve des amis sur son chemin, alors GRANDIR devient la plus belle des aventures... Au fil des pages, qui elles-mêmes deviennent de plus en plus grandes, en ce très beau livre-objet, Elodie Brondoni invite les enfants à faire un voyage pour apprendre à surmonter leurs peurs et à franchir des portes.

  • « Lili-Rose le sait : les chinchillas dorment énormément. La nuit un peu, le jour beaucoup. Achille ne fait pas exception. C'est un parfait chinchilla. Lili-Rose l'adore, même quand il dort. » Lili-Rose comprend peu à peu qu'Achille, son chinchilla blanc, ne se réveillera pas. Elle part alors en quête d'un autre animal, « un qui ne meurt pas ». Grâce à cette recherche, aidée par un marchand plein de malice, elle va progressivement accepter la perte de son petit compagnon, et, tout en lui restant fidèle, elle finira par adopter Doris, un nouveau chinchilla d'un beau gris-violet... Joëlle Ecormier et Brunella Baldi abordent avec délicatesse le thème du deuil. Par petites touches pleines d'humour et de tendresse, l'auteure accompagne le lecteur dans les différentes étapes pour surmonter le chagrin et retrouver l'espérance tandis que les couleurs lumineuses et le crayonné tout en rondeur de Brunella Baldi renforcent la douceur de cet album.

  • Après Le rap des rats, après Mes poules parlent et Mon Kdi* n'est pas un Kdo, voici à nouveau réunis Michel Besnier et Henri Galeron pour une collaboration aussi pittoresque que savoureuse. Au menu : poésie et dérision à toutes les sauces et succulents secrets de fourneaux. Michel Besnier s'amuse beaucoup en revisitant avec espièglerie les recettes de cuisine et en se moquant du ton impératif des grands « chets » de la gastronomie que l'on voit à la télévision. Et quel plaisir de découvrir sa grande et fine complicité avec Henri Galeron dont les images sont aussi belles que surprenantes et si riches d'humour. Besnier-Galeron, c'est de la cuisine 5 étoiles !

  • Soleil couchant. Le bol de lait de la lune est vidé très rapidement. Les chats mettent les pattes en poches et s'envolent... Le sous-marin de papier du poème, laisse-le plonger et remonter à la surface. Tu aimeras l'équipage de mariniers qui te saluent à grands signes d'amitié et t'appellent à rejoindre leurs voyages.

  • Dans ce livre à la fois tendre et plein d'esprit, les auteurs mettent très joliment à la portée des enfants ce qu'on nomme l'oxymore : la réunion inattendue de deux notions habituellement opposées. Le jeune lecteur est invité à se souvenir -et sourire - de sensations ou d'impressions en principe impossibles à associer et pourtant justes comme « l'inconfortable bonheur d'avoir des chaussures neuves », « l'absence omniprésente d'un ami qui nous manque », « la fin infinie d'un livre qu'on peut relire » ou... « la piquante douceur » évoquée dans le titre. La belle complicité entre l'auteure et l'illustratrice forment des pages très attachantes.

  • Sois comme ci, sois comme ça ! ».
    Au-delà des paroles et des « bons conseils », trouve ton propre chemin, ce qui te convient vraiment et ainsi... fais ce qu'il te plaît !
    C'est bien le credo de ce nouveau Mouchoir de poche signé Michel Boucher. L'auteur s'amuse avec et les phrases qu'il transforme et dont il cache des mots pour que les enfants découvrent le plaisir de lire entre les lignes et s'émancipent des pensées figées.

  • L'album raconte avec une très grand poésie une première journée d'école. À travers le regard attentif d'une enfant, chaque élève est évoqué et, en quelques touches, on devine sa personnalité. Outre le thème auquel les jeunes lecteurs et leurs parents seront sensibles, le livre doit beaucoup à la grande qualité d'écriture de l'auteur et à la véritable beauté des images.

  • L'aube appartient aux pies, les fleurs sont aux pucerons et les pucerons aux coccinelles...
    La mer appartient au ciel et la lune aux baleines et le sable au sel...
    La rosée est aux hérissons, aux renards le brouillard, les pelouses au ballon...
    L'aventure est aux livres, la jungle aux crocodiles et la sieste est aux lions...
    Comme tu vois, nous ne possédons rien, à part nos yeux ouverts.
    Mais peut être qu'en demandant gentiment...

  • Si on ne peut pas dormir, on peut, on doit essayer les recettes de la grand-mère pas très sage. Et si ça ne marche pas... Françoise Coulmin nous livre de brillantes recettes pour mélanger les magies de nos enfances. Elle s'amuse en nous emportant dans un univers où les mots s'entremêlent avec espièglerie. Pour fermer l'oeil et ouvrir les rêves, ce voyage est magnifiquement illustré par les collages aussi beaux que surprenants de Séverine Perrier.

  • Si tu pouvais décrocher la lune...
    Tu la chercherais encore la nuit ?
    Tu serais tout le temps dedans ?
    Tu voyagerais ?
    Tu funambulerais ?
    Tu jouerais à saute-mouton ?
    A cache-cache ?...
    A l'aide du célèbre jeu tangram, Simon Priem revisite avec beaucoup de poésie et de tendresse le pouvoir fascinant de la lune sur notre imaginaire. Il invite les petits comme les grands à poursuivre l'aventure et à décrocher la lune en assemblant les pièces de ses rêves.

  • Une montagne voit défiler les forêts et les ciels depuis la nuit des temps. Elle nentend pas le vent, ne voit pas les tempêtes. Un arbre pousse ? Mais à peine il sélance quil est déjà vieillard. Hier encore, elle était blanche et figée dans la glace. Ce matin leau rigole et étanche sa soif. Qui est donc ce monsieur qui chatouille son nez ? Le voici qui sinstalle et lui tient compagnie. Un brin de causette qui, pour la montagne, dure une seconde et, pour lhomme, toute une vie. Le temps passe si vite..

  • Le livre les moutons de la mer chante, dans une langue simple et pleine de fantaisie, les vacances d'été.
    Dans ce temps de liberté de l'enfance, dans ce rapport privilégié à la nature, tout est prétexte au jeu, à l'étonnement, à l'imaginaire. La moindre rencontre fortuite devient événement et début d'une nouvelle histoire : les animaux, les objets, les éléments se mettent à parler ; on écoute le silence, on joue à accrocher un bateau au ciel, on espère la venue d'un lézard, dont l'absence doit bien trouver une explication quelque part... Avec des yeux d'enfant, l'auteur s'amuse à superposer des univers, à les croiser, nous donnant par la métaphore la possibilité de goûter à l'inventivité de l'enfance avec poésie et tendresse.
    La douceur des jours est palpable dans les images. C'est tout l'été que Catherine Louis a réinventé de sa main enjouée, alerte et sûre.

  • La grande marée

    Valérie Strullu

    • Motus
    • 16 Janvier 2020

    « Avant, j'habitais sur une île.
    Je dégustais bien souvent du poisson.
    Je prenais un malin plaisir à le pêcher.
    Mais un soir, avant d'enjamber ma baignoire... » LA GRANDE MARÉE nous fait plonger dans une étonnante et très mystérieuse métamorphose, celle d'un pêcheur devenu poisson. À travers ce nouveau corps naît une autre perception du monde et de l'autre. Valérie Strullu amène avec douceur, naïveté et beaucoup d'espièglerie la question du rapport à soi et à ce que l'on mange, tout en nous immergeant dans un univers marin doux et coloré.

  • Ce n'est pas toujours rose d'être les poules d'un powète, il écrit sur nous des sornettes... mais oublie de changer l'eau ou jette le grain sans nous voir.
    Il nous met en mots, il nous met au four et prétend nous aimer.

  • ACHÈTE ACHÈTE ACHÈTE est un livre original qui joue avec beaucoup d'humour et d'invention sur les rêves d'achat de notre époque. Le recueil se présente ainsi sous forme de billets... sauf qu'il ne s'agit pas de vrais billets de banque, mais de billets poétiques, savoureux et inspirés de David Dumortier.
    À la fin du livre, les jeunes lecteurs peuvent découper, sous une forme réduite, les billets-poèmes qu'ils auront eu le plaisir de découvrir auparavant.
    Les illustrations d'Anastassia Elias, jamais redondantes, sont drôles et surprenantes.
    Un ouvrage vraiment à part et très attachant.

  • Petites gouttes de poésie propose au lecteur des pages délicieuses et pleines d?inspiration.
    Il ne s'agit pas seulement de poèmes dans leur présentation habituelle car le recueil contient aussi les célèbres « Poêmes-pancartes » et des calligrammes de Pierre Albert-Birot. Les dessins de Bobi+Bobi, qui les accompagnent avec beaucoup d?humour et de délicatesse, prolongent merveilleusement la relation suivie que le poète a entretenue avec les arts.

  • Michel besnier est l'auteur du verlan des oiseaux, du rap des rats et de mes poules parlent.
    Ces trois recueils de la collection " pommes pirates papillons " ont reçu un accueil incroyablement chaleureux. ils ont été plusieurs fois réédités. des poèmes tirés de ces livres ont été repris dans un très grand nombre d'anthologies et de manuels. le rap des rats a reçu le prix " lire et faire lire " du " printemps des poètes " et mes poules parlent le prix joël sadeler ainsi que le prix bernard versele.
    Après cette trilogie animalière, michel besnier nous fait maintenant ce " kdo " malicieux de placer ses mots dans les allées du supermarché. on retrouve ici sa forme étonnante, si personnelle et drôle. et il s'amuse aussi avec l'art poétique, notamment dans les coupures et les rimes suggérées ou volontairement ôtées de certains poèmes à l'image des produits dont une partie du nom est parfois cachée sur les rayonnages des grandes surfaces.
    Voici comment michel besnier explique lui-même le choix de ce cadre : " le supermarché est un univers ô combien artificiel, mais un univers que je fréquente, que les enfants fréquentent. je les ai observés dans ces lieux. ils se comportent en consommateurs, mais aussi en rêveurs qui détournent les choses de leur fonction. (j'ai vu une petite fille commenter le rayon fromages comme si elle était guide de musée).
    Les enfants peuvent s'ennuyer dans les supers. le supermarché offre aussi des surprises, des enchantements qui rendent les courses moins pénibles. si seulement on pouvait regarder un peu différemment un supermarché après avoir lu ces textes ! ".

  • Les funambules

    ,

    • Motus
    • 20 Septembre 2019

    Swan habitait au 10ème étage de la tour Azur. Il aimait observer l'agitation de la ville, très loin en bas et les passants-fourmis pressés sur le trottoir. Mia habitait au 11ème étage de la tour Rubis. Elle aimait, elle aussi, se mettre à la fenêtre, pour regarder le ciel changer de couleur et les nuages s'étirer, se déformer, puis s'en aller au loin.Tout bascula un matin. Juste devant Swan se dressait un immense mur gris. Seul l'imaginaire et les rêves leur permettent de se rejoindre.
    Corinne Boutry réussit à trouver les mots pour pouvoir aborder avec les enfants ce sujet délicat et malheureusement d'actualité de la séparation provoquée par la présence inexplicable d'un mur. Par ses somptueuses illustrations d'une grande sensibilité Daria Petrilli renforce l'importance de l'imaginaire et des rêves pour alimenter l'espoir.

  • « ... et bouche cousue » ! Combien de fois avons-nous entendu l'expression lancée, d'un air enjoué, lorsqu'une personne mentionne le nom de notre maison d'édition ! Non sans raison, puisque dès le départ, nous avions souhaité marquer ainsi notre prédilection pour la brièveté. Et notre choix du texte court.

    Nous avons ainsi eu l'envie de le souligner plus encore. Avec un recueil de poèmes, somptueusement illustré, indiquant l'espérance qu'en disant moins, on suggère davantage. La densité des mots dans leur précarité. La résonance dans les espaces. La beauté du silence. Toute l'intensité d'un regard. Et l'émotion d'un secret partagé.

    Ainsi est né ce livre qu'on peut lire doublement :
    Livre sur le murmure et les mots retenus.
    /> Et livre sur tous les autres livres de Møtus.

    Mais chut !
    Bouche cousue !
    Ne pas en dire plus.
    Surtout pas !

empty