Sciences humaines & sociales

  • La filière

    Philippe Sands

    Membre convaincu du parti nazi dès 1923, aveuglément soutenu par son épouse Charlotte, nazie tout aussi fervente, Otto von Wächter a rapidement intégré l'élite hitlérienne, devenant notamment, après l'éclatement de la Seconde Guerre mondiale, gouverneur de Cracovie en Pologne, puis gouverneur du district de Galicie, dans l'ouest de l'Ukraine actuelle - deux territoires qui furent le théâtre de l'extermination des Juifs. En 1945, après la défaite du Reich, il parvient à fuir, se cache dans les Alpes autrichiennes avant de rejoindre Rome et le Vatican, qui abrite l'une des principales filières d'exfiltration des nazis vers l'Amérique du Sud. C'est là qu'il trouve la mort, en 1949, dans des circonstances pour le moins suspectes. Comment a-t-il pu se soustraire à la justice, de quelles complicités a-t-il bénéficié ? A-t-il été réduit au silence ?
    Intrigues politico-religieuses, espionnage, traque et vie cachée d'un criminel, décès énigmatique, dévotion filiale et passion amoureuse, secrets d'alcôve et trahisons : faisant la lumière sur le parcours incroyable d'un haut dignitaire nazi en fuite, l'enquête méticuleuse de Philippe Sands dresse un tableau saisissant de l'échiquier politique à la fin de la Seconde Guerre mondiale et à l'aube de la guerre froide.

  • Invité à donner une conférence en Ukraine dans la ville de Lviv, autrefois Lemberg, Philippe Sands découvre une série de coïncidences historiques qui le conduiront des secrets de sa famille à l'histoire universelle.
    C'est à Lemberg que Leon Buchholz, son grand-père, passe son enfance avant de fuir, échappant ainsi à l'Holocauste qui décima sa famille ; c'est là que Hersch Lauterpacht et Raphael Lemkin, deux juristes juifs qui jouèrent un rôle déterminant lors du procès de Nuremberg et auxquels nous devons les concepts de « crime contre l'humanité » et de « génocide », étudient le droit dans l'entre-deux-guerres. C'est là enfin que Hans Frank, haut dignitaire nazi, annonce, en 1942, alors qu'il est Gouverneur général de Pologne, la mise en place de la « Solution finale » qui condamna à la mort des millions de Juifs. Parmi eux, les familles Lauterpacht, Lemkin et Buchholz.Dans cet extraordinaire témoignage, qui transcende les genres, s'entrecroisent une enquête palpitante et une réflexion profonde sur le pouvoir de la mémoire.Traduit de l'anglais par Astrid von Busekist.

    Ajouter au panier
    En stock
  • As Governor of Galicia, SS Brigadesfuhrer Otto Freiherr von Wachter presided over an authority on whose territory hundreds of thousands of Jews and Poles were killed. By the time the war ended in May 1945, he was indicted for 'mass murder'. Hunted by the Soviets, the Americans and the British, as well as groups of Poles and Jews, Wachter went on the run. He spent three years hiding in the Austrian Alps before making his way to Rome and being taken in by the Vatican where he remained for three months. While preparing to travel to Argentina on the 'ratline' he died unexpectedly, in July 1949, a few days after having lunch with an 'old comrade' whom he suspected of having been recruited by the Americans. In THE RATLINE Philippe Sands offers a unique account of the daily life of a Nazi fugitive, the love between Wachter and his wife Charlotte, who continued to write regularly to each other while he was on the run, and a fascinating insight into life in the Vatican and among American and Soviet spies active in Rome at the start of the Cold War. Using modern medical expertise, the door is unlocked to a mystery that continues to haunt Wachter's youngest child - what was Wachter doing while in hiding, and what exactly caused his death?

  • En décembre 2002, Donald Rumsfeld autorisa l'utilisation de nouvelles 1 techniques d'interrogatoire à Guantânamo, et ouvrit ainsi la porte à des actes de torture qu'on retrouverait plus tard à la prison d'Abou Ghraib.
    Ce livre révèle comment une grande démocratie comme les Etats-Unis a légalisé la torture dans le cadre de sa " guerre contre le terrorisme " et généralisé son utilisation au sein de l'armée et la CIA. Tortures made in USA met en évidence le rôle prépondérant des conseillers les plus proches de l'administration Bush. Il montre comment ces juristes ont violé la loi au nom de la sécurité des citoyens américains.

empty